Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
17 février 2017 5 17 /02 /février /2017 16:20

 

En pleine affaire Fillon, ne voilà-t-il pas que notre député et Président du conseil départemental, Christophe Guilloteau, se distingue lui aussi dans une combinazione destinée à lui conserver, via sa meuf interposée, le pouvoir, et les émoluments qui vont avec, tout en lui permettant de se plier en apparence aux exigences de la réglementation à venir sur le non-cumul des mandats sur laquelle le candidat élu de la droite et du centre a confirmé qu’il n’était pas question de revenir, malgré les fortes pressions de nombreux élus avides des fromages de la république. L’opinion ne le tolérerait pas.

 

Faisant fi de l’exécration unanime d’un népotisme généralisé dans les pratiques des politiques de tous bords et au risque d’alimenter davantage le sentiment de « tous pourris », Christophe tenterait de mettre à l’étrier de notre circonscription le pied, non pas de Pénélope Cruz, la muse d’Almodovar, mais de Sophie Cruz, sa charmante compagne, par ailleurs déjà conseillère régionale et son assistante parlementaire. Le couple, et donc le Président du Conseil départemental, chef d’un exécutif local interdit de députation, pourrait ainsi, selon notre confrère « la Tribune de Lyon », qui joue ici le rôle d’un canard totalement déchaîné, conserver en loucedé et en transgression de la règle éthique le bénéfice des confortables indemnités versées au député de la 10ème circonscription du Rhône, ainsi que des frais de mandat et du crédit de rémunération de ses collaborateurs.

 

L’affaire ferait dit-on grand bruit jusque dans la famille politique du colonel.

et comme disaient Pierre Dac et Francis Blanche à la fin de chaque épisode de "Signé Furax" :

 

" à suivreuuu ..." 

 

Repost 0
Published by Scapin - dans Politique locale
commenter cet article
14 septembre 2016 3 14 /09 /septembre /2016 15:11

                     

 

Ecartant d’un revers de plume la dernière fashion wave avec le mépris dont il a toujours su faire preuve, Pierre Menard nous invite dans la dernière mouture de son billet municipal à fuir  le monde de réalité augmentée où s’agitent les Bulbizarre, Salamèche, Carapuce et autres Pikachu, ces étranges petits êtres qui peuplent l’univers Pokemon et enflamment la planète depuis deux mois.

 

Le monde où il nous convie est bien différent, beaucoup plus ringard mais tout aussi virtuel : celui des bisounours, apparu au début des années quatre-vingts en même temps que l’arrivée à la tête de l’Etat de Tonton et de ses copains de la rue de Solférino. Pierre Menard portait sans doute encore des culottes courtes et n’avait pas encore entamé le cursus ascensionnel qui l’a vu gravir un à un les échelons du PS.

 

Dans ce monde là, monsieur, tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil. Là, tout n’est qu’ordre et beauté, luxe, calme et volupté, tel dans le monde idéal décrit en 1857 par Charles Baudelaire à sa bien-aimée(1). Dans ce monde de GJ s’expriment dans la plus parfaite utopie tous les standards de l’imaginaire socialiste dignes des presses d’Epinal : travaux collectifs, bénévolat, solidarité associative, promotion de la culture, service de l’intérêt général et même, le croirez-vous, développement d’un projet politique.

 

La réalité des temps actuels nous rappelle, parfois bien cruellement dans la période récente, que les bisounours n’existent pas. L’utopie socialiste est à ranger, aux côtés du trotkisme, du léninisme et du castrisme, au rayon des doctrines obsolètes. Menard, comme la plupart des apparatchiks solfériniens, ne l’a toujours pas compris. Plus dure sera la chute.

 

                                                 

 

(1) Charles Baudelaire, « L’invitation au voyage », in « Les Fleurs du mal », Première Section « Spleen et Idéal », numéro LIII.

 

Repost 0
Published by Scapin - dans Politique locale
commenter cet article
29 mars 2016 2 29 /03 /mars /2016 10:10

Nos amis de l’opposition socialiste se distinguent une nouvelle fois dans l’espace qui leur est réservé dans la dernière parution de Chap’Info en remettant au goût du jour une expression dont les spécialistes s’accordent à situer l’origine en notre bonne ville de Lyon à la fin du moyen-âge ou à la renaissance.

 

A les lire en effet, nous sommes portés à redécouvrir la rivalité qui animait alors l'hôpital, géré par l'administration publique, et la charité, gérée par une congrégation religieuse, celui-là se moquant régulièrement de celle-ci en insinuant de manière fort chattemite qu’elle laissait plus que lui même mourir ses pensionnaires.

 

« L’hôpital se foutait ainsi de la charité. »

 

On aurait pu également évoquer une question de paille et de poutre [1] ou de chaudron et de bouilloire comme le formulent avec l’humour qui les caractérise nos voisins d’outre manche [2].

 

Lorsqu’ils villipendent la municipalité actuelle pour son laxisme en matière de soutien aux commerçants et la rendent responsable de la détérioration de la situation du commerce local, citant notamment la rue Chapard pour illustrer leur propos, ils omettent soigneusement en toute hypocrisie de rappeler que leur politique de construction à tout-va, et au cas particulier en dépit du bon sens, est à l’origine de ce désastre que nous dénoncions en son temps dans ces colonnes.

 

Me vient à l’instant en mémoire une citation fort clairvoyante de mon mentor en comédie, le grand Molière :

 

“L'hypocrisie est un vice privilégié, qui jouit en repos d'une impunité souveraine.” [3]

 

 

[1]  Luc, 6, 41.

[2] « pot calling the kettle black. »

[3]  Dom Juan – acte V – scène 2.

 

 

Repost 0
Published by Scapin - dans Politique locale
commenter cet article
11 novembre 2015 3 11 /11 /novembre /2015 15:29

 

En ce jour du 11 novembre, nous serions presque tentés de crier victoire !

 

Le week-end dernier fut en effet, sans que les chaponois en aient été conscients ni informés en temps réel, riche en rebondissements. La blitzkrieg victorieuse menée par Damien Combet avec l’aide efficace de son loyal allié Christophe Guilloteau contre le préfet délégué à l’égalité des chances a permis d’assurer, au moins momentanément jusqu’à la prochaine tentative de déstabilisation doctrinaire, la protection de la tranquillité de notre village.

 

Ce haut fonctionnaire, à la botte qu’il est d’un pouvoir socialiste et de ses nervis gorgés de bien-pensance, n’a-t-il pas tenté, à l’insu du plein gré de nos élus et de notre maire, d’imposer l’implantation sur nos terres d’un village d’insertion destiné à reloger la moitié des roms qui squattent les abords du périph. depuis de longs mois ?

 

Pour un peu, un esprit chagrin et assurément malintentionné pourrait soupçonner une intervention en sous-marin de Pierre Menard rien que pour gêner son successeur. Il nous a déjà fait le coup des afghans en 2009. On se rappellera au surplus qu’il n’y a pas si longtemps, le piteux vaincu des dernières municipales tenta sournoisement dans le dos du maire une condamnable combine destinée à virer de la maison Chabroud, achetée sous son règne justement pour y loger les afghans, les scouts et l’association les arts à Chaponost pour les remplacer par des familles de migrants. Cette vile action lui valut au demeurant de la part de notre maire une sévère et publique remontée de bretelles en pleine séance du conseil municipal qu’il dut quitter la queue basse sous les sourires ironiques à peine voilés de l’assistance.

 

Si cela devait s’avérer, il conviendrait de se défier à l’avenir des magouilles de ce mauvais perdant qui dispose à l’évidence, comme toute éminence du parti dans un Etat PS, de ses petites et grandes entrées à la porte rose de la préfecture.

 

                                 

 

Repost 0
Published by Scapin - dans Politique locale
commenter cet article
9 mai 2015 6 09 /05 /mai /2015 11:17

 

C’est sous le regard sévère et l’attitude fermée à double tour d’un Menard  manifestement coincé, façon surveillant général de cour de récréation, que notre maire a présidé hier la traditionnelle cérémonie de commémoration de la capitulation allemande qui mit fin aux combats du deuxième conflit mondial.

 

Il est vrai que le discours a fondamentalement changé depuis les éloges d’un pacifisme doctrinal, les amalgames de l’idée de nation avec celle d’exclusion et les références  à Louis Aragon le stalinien que nous servait régulièrement l’ex à l’occasion des cérémonies du 8 mai comme du 11 novembre.

 

Mon maître eut hier plaisir à entendre Damien Combet évoquer notre « mère patrie », saluer avec émotion la mémoire de toutes les victimes civiles et militaires de la guerre et des atrocités nazies, juifs, tziganes, handicapés et nouveau-nés, rendre hommage à nos soldats engagés sur les théâtres d’opérations extérieures et aux forces militaires et policières, jusqu'à l'échelon municipal, qui assurent chaque jour notre sécurité intérieure et qui méritent, comme il nous y a incités, que nous leur manifestions notre soutien et notre reconnaissance en toute occasion.

 

Loin du traditionnel angélisme de gauche, notre maire nous met en garde contre la menace terroriste des fondamentalistes islamistes et contre les dangers du communautarisme et de la radicalisation de quelque nature qu’elle soit qui conduisent inexorablement à l’extrémisme.

 

Il y a bien longtemps qu’on ne nous a pas tenu un tel langage de lucidité ; n’en déplaise à Menard.

 

 

 

Repost 0
Published by Scapin - dans politique locale
commenter cet article
12 avril 2015 7 12 /04 /avril /2015 19:09

 

Notre député et conseiller départemental Christophe Guilloteau a été élu Président du département sur le score sans appel de 17 voix pour, et 9 bulletins blancs. Une victoire en rase campagne de généralissime après un règne sans partage de plus de soixante ans de la démocratie chrétienne.

 

Pour ceux qui l’ignorent, Christophe est Colonel de réserve et vice-président de la commission de la défense à l’Assemblée nationale. Les qualités de battant, voire les talents de guerrier, qu’il a démontrés dans les combats politiques nous seront assurément d’une grande utilité, à nous autres chaponois qui sommes ses électeurs et, par voie de conséquence, un peu ses créanciers démocratiques.

 

Parmi les chantiers urgents qui relèvent de sa compétence de Président du nouveau Rhône, figure un projet, genre monstre du Loch-Ness, qui nous tient particulièrement à cœur depuis de trop nombreuses années : le contournement de Chaponost. La réalisation de cette déviation dépendra autant de la réelle et ferme volonté politique que saura imposer le leader du département que des subsides sonnants et trébuchants que sa collectivité voudra bien lui consacrer. C’est donc à l’ouvrage que nous mesurerons la reconnaissance de notre élu.

 

Nous saurons assurément le rappeler à ses devoirs, au besoin en l'interpellant à la façon dont le comte de Périgord interrogea jadis Hugues Capet : Qui t’a fait roi ?

 

 

 

NDLR : Que soient ici remerciés nos confrères des Potins d’Angèle dont nous publions ci-joint le panégyrique du Président Guilloteau, et en particulier le caricaturiste Fiche à qui nous empruntons ce premier croquis satirique forçant un peu le trait de l’illustre gradé. 

 

Repost 0
Published by Scapin - dans Politique locale
commenter cet article
30 mars 2015 1 30 /03 /mars /2015 10:02

 

Si Aristide Bruant était encore de ce monde et le Chat Noir toujours à la mode boulevard Rochechouart, nous pourrions aujourd’hui fredonner un célèbre refrain de ce grand chansonnier féru de langue verte… Sauf que depuis hier on n’aime plus Nini, et pas seulement à la Bastille.

 

Déjà qu’elle était « peau d’chien », la pauvre Nini, voilà qu’elle s’est transformée dans les urnes en peau d’balle, peau d’zob, peau d’zébi et même peau d’couilles.

 

Les électeurs ne se sont en effet pas pliés aux directives des appareils. Ils ont fait preuve de maturité démocratique et apporté un sérieux démenti à tous les politiciens qui se croient propriétaires au deuxième tour des voix qui leur ont été seulement prêtées au premier.

 

N’en déplaise aux chantres du ni-ni, les votants concernés de la droite républicaine et du centre n’ont pas hésité à apporter leurs voix, qui au FN, qui au PS, plutôt qu’au marais des bulletins blanc ou de l’abstention, de même que les groupies de la gauche, concernées en beaucoup plus grand nombre par le dilemme, ont souvent préféré aller à la pêche à la ligne ou voter blanc que participer à un illusoire front républicain qui n’a de réalité que dans les rêves fantasmatiques des socialistes et du ventre mou de la démocratie chrétienne.

 

Le ni-ni n’avait pas vocation à trouver application dans notre canton, ni, partant, à Chaponost.

 

En revanche, nous n’avons pas observé dans notre village d’agitation particulièrement débordante de notre très rose enfant du pays, MJVC pour les intimes, qui aurait dû, si l’on en croit les hérauts de la rue de Solférino, battre la campagne aux côtés de son compère CATRAIN et appeler officiellement ses électeurs à voter en faveur du pseudo-front républicain, ce qu’elle s’est bien gardée de faire. Il est vrai que la gamelle ramassée au premier tour avec moins de 20% des voix n’était certes pas pour la motiver plus que cela.

 

Et pourtant, malgré ce coupable silence, Il semble bien à la lumière des résultats que ces derniers aient  fait fi de la passivité de leur candidate et aient effectivement majoritairement reporté leurs voix sur les candidats UMP, accréditant ainsi encore plus la rengaine UMPS martelée urbi et orbi sous forme de leitmotiv par les gars de la Marine.

 

On regrettera en outre le même honteux et assourdissant silence observé officiellement dans l’entre-deux-tours par les centristes DUPIED et BERTIN qui, dans une optique de rassemblement de la droite et du centre, auraient dû mouiller leur chemise en faveur de Christophe GUILLOTEAU, ou à tout le moins en faveur de la colistière municipale du premier, notre charmante Prescilia LAKEAL.

 

Au final, l'important, c'est que la gauche a été massivement rejetée par plus de 70% des électeurs au premier tour et que la droite l'a définitivement et clairement emporté au second. Tout le reste n'est que conjecture.

 

 

 

Repost 0
Published by Scapin - dans Politique locale
commenter cet article
24 mars 2015 2 24 /03 /mars /2015 14:52

 

A l’image des résultats nationaux du scrutin de dimanche dernier, les scores réalisés par les candidats à l’élection départementale dans notre nouveau canton de Brignais n’ont pas donné dans la nuance. Exit les socialistes et leurs copains gauchistes qui devront étaler ailleurs leurs couleurs perroquet si peu nuancées : rouge, vert et rose !

 

Les électeurs se sont majoritairement prononcés pour la couleur bleu, mais tout en nuance. Depuis le bleu marine, pas si éloigné que cela du bleu de Prusse, jusqu’au bleu ciel mâtiné d’orange virant au rose Béarn, en passant par le bleu roi de France de la Sarkozie et le bleu gorge-de-pigeon genre bordelais décati, la palette bleu sortie des urnes traduit une écrasante majorité des droites pour un rejet franc et massif de la clique de gauche : Plus de 67% pour notre village et plus de 70% sur le canton.

 

Ces pourcentages représentent des électeurs, … pas des militants partisans. Aussi ne convient-il pas d’ostraciser ceux-là au perfide prétexte injurieux et infamant que telle ou telle strate de cet électorat se verrait nier - au nom de quoi ? - la qualité de républicain. Les relations sado-maso qui caractérisent les positions officielles des diverses nuances de bleu trouvent leurs limites dans l’efficacité du vote.

 

Si des mesures populistes proposées par certains sont à l’évidence absurdes, comme la sortie de la zone €uro ou le retour à la retraite à 60 ans et une hausse générale des salaires, d’autres qui traduisent une réelle préoccupation des citoyens ne sont pas à écarter comme on jette le bébé avec l’eau du bain. Il n’est ainsi pas indécent de vouloir en finir avec l’immigration sauvage et le communautarisme musulman générateur de terrorisme ni d’exprimer un ras-le-bol parfaitement justifié à l'égard de l’insécurité galopante. La dictature des medias, chantres du « politiquement correct », doit à cet égard être combattue avec la plus ferme détermination.

 

Dimanche prochain, seules les deux nuances de bleu les plus foncées demeurent en lice. Nul doute que nous assisterons au cours de cette semaine à des séances chaudes et excitantes, l’une tentant de menotter l’autre tandis que l’autre essaiera de fouetter l’une.

 

 

 

Repost 0
Published by Scapin - dans Politique locale
commenter cet article
3 mars 2015 2 03 /03 /mars /2015 17:57

                           

Parmi les 13 cantons du nouveau Rhône, le nôtre sera le moins étendu en superficie mais le premier en densité démographique et le troisième le plus peuplé après ceux de Genas et Mornant. Brignais, notre chef-lieu de canton, est la deuxième ville, en nombre d’habitants, du nouveau département derrière Villefranche sur Saône.

 

Le scrutin départemental des 22 et 29 mars prochains verra s’affronter dans les isoloirs pas moins de six binômes couvrant l’ensemble du spectre du Paysage Politique Français, depuis l’extrême droite jusqu’à l’extrême gauche. Les chaponois ne seront pas absents de ce débat.

 

Notre député et conseiller général sortant, Christophe Guilloteau, associé à Christiane Agarrat, ancienne maire de Brindas, portera l’étendard de la droite libérale et républicaine. Parmi leurs remplaçants figure la charmante Prescilia Lakéal, élue de notre village et 3ème adjointe fort efficace de Damien Combet, chargée de la culture, de la communication et de la gouvernance.

 

D’autres de nos éminents concitoyens tentent l’aventure d’une représentation électorale à un niveau de circonscription départementale dont le maintien, au siècle où nous sommes, peut légitimement paraître impertinent dans un souci de simplification du mille-feuille administratif et d’indispensables économies budgétaires.

 

Ainsi, Marie josé Vuillermet-Cortot, la sémillante pom-pom girl groupie et en son temps égérie de Pierre Menard dans l’ancien temps municipal, s’apprête-t-elle à ramasser une nouvelle raclée sous la bannière d’un PS au bord de l’implosion qui prend l’eau de toute part sous les coups de boutoirs de frondeurs trop attachés à leurs prébendes pour oser aller jusqu’au bout de leur démarche.

 

De même, Didier Dupied, autre élu chaponois, tentera-t-il avec l’aide d’Eliane Bertin la périlleuse mission de redorer l’image d’un centre qui, sous la férule d’un Michel Mercier pharaonique et de son avatar Danielle Chuzeville, laissera à la postérité le goût amer d’une scandaleuse gabegie à 330 millions d’€uros qui dresse sa structure, façon Star-Trek, au confluent de Rhône et Saône.

 

Les sondeurs parisiens ne nous permettent plus de classer parmi les outsiders le couple Grimont / Marechal qui tentera de porter haut la flamme du Front National. La tradition chaponoise et au delà rhodanienne ne laisse toutefois pas entrevoir pour cette doublette la réalisation d’un score de l’ordre de 30% qui serait humiliant pour ceux qu’elle désigne avec dédain sous le vocable UMPS.

 

Reste ce qu’il est convenu d’appeler « les petits candidats » qui comptent pour du beurre : L’alliance improbable de la carpe EELV et du lapin PCF-FG qui n’en sont pas à une incohérence près pour savonner la planche de leurs petits copains du PS, et, last but not least, les disciples du petit Nicolas qui voudraient bien mais n’osent pas s’habiller de bleu marine.

 

Chacun se déterminera dans le secret de l’isoloir.

 

Mon maître me tint tantôt un discours qui, pour empreint qu’il était d’un fort relent d’égoïsme chaponois, n’en manifestait pas moins un certain bon sens : Ne serait-il pas de sage politique pour notre village d’élire un personnage dont on murmure qu’il pourrait fort bien accéder à la présidence du conseil départemental. Notre village ne pourrait alors que se féliciter et bénéficier d’une amicale attention de la part d’un élu qui cumulerait les mandats de député et de conseiller départemental des circonscriptions qui l’abritent et les fonctions de Président du département.

                                 

En tout état de cause, si cela ne faisait pas de bien, cela ne pourrait pas faire de mal. Et en plus, cela honorerait notre si sympathique adjointe au maire.

 

 

Repost 0
Published by Scapin - dans Politique locale
commenter cet article
24 février 2015 2 24 /02 /février /2015 17:08

Le pauvre palmipède d’E & A n’avait donc pas été asphyxié par la naphtaline dans laquelle ses maîtres le laissaient croupir depuis près de trois ans !

 

A peine métamorphosé par le reniement d’une filiation partisane lourde à porter parce que ridiculisée par la magistrale claque électorale  enregistrée tantôt par Pierre Menard et sa bande, voici que notre volatile au col vert reprend son vol sous une nouvelle bannière naturalisée chaponoise et, tel le coucou, pond à nouveau ses œufs dans nos boîtes aux lettres.

                              

Parmi ses premiers lancinements, nous retiendrons deux préoccupations majeures :

 

- En premier lieu, de fortes aigreurs au sujet du nouvel espace culturel, grand œuvre de la menardie (Tiens, tiens, … On en revient à l’appellation d’origine) : On ne recrutera pas, comme on le prévoyait, de nouveaux agents municipaux, on ne gaspillera pas moult caisses de champagne et plateaux de petit-fours pour célébrer son inauguration (et glorifier son grand architecte), on n’équipera pas le hall en agora, … toutes choses qui auraient coûté fort cher au budget de la commune ! Déjà qu’il faudra payer la facture de construction de ce vaisseau inutile et celle de son fonctionnement a minima, cela sera suffisant ; mais notre anatidé cancaneur évolue si haut qu’il survole avec dédain ces basses et vulgaires contingences matérielles. Les contribuables sont là pour boucher les trous.

 

A-t-on déjà vu les roumains applaudir et inaugurer la maison du peuple de Bucarest ? Les chinois le grand hall du peuple, place tien an men ? Les ukrainiens le palais Ianoukovitch ? Les irakiens le Palais Al-Hillah ?...

 

- En second lieu, une sévère critique de la politique budgétaire de la nouvelle équipe municipale qui, dans la quête du difficile compromis à trouver en considération de la réduction drastique des dotations de l’Etat, privilégie la réduction des dépenses sur l’augmentation des recettes. Une stratégie impensable pour un bon socialiste ! Le changement de nom de notre canard local ne traduit en rien une évolution fondamentale de pensée. La prodigalité de la cigale l’emportera toujours dans les gènes de ses rédacteurs sur la sage prévoyance de la fourmi.

 

Et puis, n’oublions pas le grand principe : Les contribuables sont là pour raquer et cracher au bassinet.

 

Un seul motif de satisfaction pour le plat-bec : la commune poursuit la politique de coopération africaine si chère à Menard. Il est vrai que le sort des burkinabés de Gon Boussougou, voire des réfugiés afghans, est bien plus important aux yeux de nos angéliques concitoyens de la gauche internationaliste que celui des assujettis chaponois !

 

Bref, tout cela ne casse pas trois pattes à un canard.

 

Coin Coin !

 

 

Repost 0
Published by Scapin - dans Politique locale
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Scapin
  • Le blog de Scapin
  • : Chronique villageoise de Chaponost
  • Contact

A vos claviers

Recherche

net e-tiquette


En raison des

responsabilités encourues
par le webmaster,
tout commentaire comportant
un lien hypertexte vers un
site extérieur à ce blog
sera retiré de la publication