Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
2 mars 2014 7 02 /03 /mars /2014 18:47


 

tribune-libre

 


Non contente d’assurer à l’occasion la pige pour notre rédaction, notre amie Baïka s’est désormais découvert des talents de reporter photographe, voire même de paparazza.

Nous avons tous été frappés un jour par la stupéfiante beauté des Top-Modèles qui agrémentent les pages glacées des magazines féminins alors que, comme tout une chacune, il doit bien leur arriver de porter une ridule au coin de l’oeil ou un bouton de fièvre disgracieux au bord des lèvres ; la réponse est à l’évidence dans une utilisation discrète mais sans complexe du logiciel miracle et trompeur qu’est Photoshop. De même avons-nous tous été amenés à ne pas croire nos yeux devant certaines publicités présentant, dans le mode Avant / Après, la silhouette d’abord rondouillarde puis parfaitement canon de la même jeune femme ; là encore l’explication réside souvent dans une tromperie de cette fourbe application.

Baïka nous en administre ci-dessous une flagrante illustration.

 

 Photoshop rue Chapard modifié-1

photoshop ecole modifié-1

 

 

 

 


Repost 0
2 mars 2014 7 02 /03 /mars /2014 14:16

 

 

racolage

 

 

Pour emporter une élection, il faut ratisser large, tout militant blanchi sous le harnais des nuits d'affichage et des matinées de tractage sur les marchés vous dira que là est la clé du succès. Encore ne faut-il pas y perdre son âme, c'est ce qu'avait affirmé Michel Noir en 1987, refusant, à contre-courant de la tentation de l'époque, toute alliance avec le Front National quelles qu'en puissent être les conséquences sur les résultats du scrutin.

 

tract la source modifié-1La bande à Menard a indubitablement franchi cette semaine une ligne rouge qui pourrait valoir à l'âme de Pierre de griller bientôt sur les braises éternelles du royaume d'Ades. Les godillots de la Menardie ont en effet tenté de réaliser une distribution de tracts au contenu ciblé sur l'école la Source dans l'enceinte même de l'établissement d'enseignement privé. Pour un peu, ils remettaient leur propagande directement dans les mains de nos charmantes têtes blondes en leur confiant la mission de "le donner à ton papa ou à ta maman" !

 

Il convient ici de saluer l'intervention énergique de Christophe Fernandez, président de l'OGEC, qui renvoya vertement les racoleurs patentés à leur place de tous temps consacrée à l'exercice du plus vieux métier du monde, ... sur le trottoir.

 

Quel qu'en soit le but, l'instrumentalisation des enfants est scandaleuse et doit être condamnée avec vigueur. On commence par les utiliser, tel Hermès, comme messagers des dieux, et cela peut finir par les enfants soldats en Afrique, les petits mendiants pickpockets en Roumanie ou la chair à pervers des trottoirs de Manille.

 

L'on comprend mieux dès lors le sens profond de la déclaration sur ce sujet publiée avant-hier par Damien Combet sur le blog de "j'aime Chaponost" !

 

 


Repost 0
Published by Scapin - dans Élections 2014
commenter cet article
1 mars 2014 6 01 /03 /mars /2014 15:34

 

Couv Valeurs Actuelles

Et voilà ! Une fois de plus un pauvre petit provincial est supplanté par un grand méchant parisien, et pas n'importe lequel ! Le  Président de la République ! L'ancien premier secrétaire de son parti, auquel il semble ne plus vouloir être rattaché tant l'impopularité de ses camarades gouvernants gonfle de jour en jour à la façon d'une baudruche qui va lui « péter à la gueule » le 23 mars prochain ! Décidément, rien ne sera épargné à Pierre Menard en ce début de campagne. Même son mentor, son gourou, son Obi-Wan Kenobi, cherche à lui faire de l'ombre dans un domaine où, pourtant, on lui reconnaissait un talent hors normes et où nous pensions qu’il surclassait toute concurrence haut-la-main.

 

Prenons par exemple ses affirmations en matière de parrainages et de soutiens dont bénéficierait la liste qu'il conduit. Que le soutien du P.S. lui soit acquis, cela ne fait aucun doute puisqu'il est encarté rue de Solférino depuis longtemps, ce qui lui avait d'ailleurs permis d'arborer officiellement, et sans honte à l'époque, la rose et le poing lors des dernières municipales et lors de l’échec de sa tentative aux législatives de 2012.

 

Là où le doute s'installe, c'est lorsque l'on s'inquiète du prétendu et revendiqué sponsoring du MoDem et d'E.E.L.V. en sa faveur. Laissons de côté Cap 21 qui ne représente que Corinne Lepage et quelques brebis écolo égarées, cela compte pour du beurre.

 

Nous serions en effet curieux de vérifier la véracité de ces affirmations. Rappelons que la candidature à Pau du patron du MoDem, le petit béarnais aux grandes oreilles, est officiellement soutenue par l'U.M.P. malgré sa propension chronique à la haute trahison. Il serait bien étonnant SUPERMENTEUR MENARDque son mouvement  supporte officiellement une liste socialiste. Ou bien alors, il faut en administrer la preuve ! La seule présence par pur opportunisme d’un François Pillard sur cette liste ne saurait être considérée comme telle.

 

De même, nous aimerions bien vérifier la réalité du soutien d'Europe Écologie Les Verts alors que Jean Charles Kohlhaas, son plus digne représentant local, boycotte ostensiblement les réunions du conseil municipal depuis près d’un an, manifestant ainsi clairement son profond désaccord avec la politique menée par Pierre Menard. Là encore, une preuve irréfutable s'impose !

 

Comme qui a bu boira, qui a menti mentira ; et en cette matière comme en d'autres la filiation qui commande le pedigree, ne fût elle qu’intellectuelle, est de prime importance. Mon maître, grand disciple de Saint Hubert devant l’Eternel, à pour habitude de dire, lorsqu'il observe un jeune chien de haute lignée lors de ses premières sorties, "bon sang ne saurait mentir".

 

 


 

Repost 0
Published by Scapin - dans Élections 2014
commenter cet article
28 février 2014 5 28 /02 /février /2014 17:41

 

 MJC 1

 

En avoir ou pas ? Être ou ne pas être ? Ces questions existentielles et fondamentales qui ont jadis hanté de grands esprits tels qu’Ernest Hemingway et William Shakespeare quelques siècles avant lui semblent préoccuper ces derniers temps les godillots de la Menardie. « Ils n’ont pas de couilles » ! Qui, ils ? Et bien, « les autres » naturellement, Combet et son équipe bien sûr, qui n’ont pas voulu participer au débat public traditionnellement organisé par la M.J.C. et le Centre Social avant chaque scrutin municipal depuis de nombreuses années. Depuis combien de temps? Nul ne saurait dire exactement, certains parlent de trente ans.

 

DébatSur ce thème, l’agressivité développée par les suppôts du sortant depuis quelques semaines classe les tenants du renouvellement dans la catégorie souvent brocardée des ultra conservateurs. Au nom de quoi en effet une tradition, fût-elle trentenaire, devrait-elle se poursuivre éternellement alors même que la société connaît de perpétuelles mutations, particulièrement rapides depuis que nous sommes entrés il y a quelques années dans l’ère numérique, y compris en termes de pratiques politiques et de communication électorale ?

 

Rappelons nous ! Mon maître me rapporta tantôt une longue liste de noms d’oiseaux qui furent échangés de part et d’autre lors du fameux débat qui opposa en 2008 Pierre Menard à Jacques Gouttebarge. Est-ce cela la politique que nous voulons ? Au demeurant, cette manifestation n’avait de débat que le nom ; les questions, soigneusement préparées par les organisateurs, étaient posées à l’un puis à l’autre des candidats, aucun temps n’étant consacré à un échange direct entre les compétiteurs ni aux interrogations de la salle.

 

On rappellera également que le « débat » était organisé notamment par la M.J.C. ! Et qui présidait peu de temps auparavant aux destinées de la M.J.C. ? Pierre Menard ! Certes, six années se sont écoulées depuis, mais le passé demeure. En langage juridique, une telle situation porte un nom : le « conflit d’intérêts » longtemps traité chez nous avec un laxisme coupable qui arrangeait bien les politiques et les aigrefins alors que nos voisins anglo-saxons le répriment sévèrement depuis fort longtemps.

 

Réunion pubDamien Combet, lors de la grande réunion publique qui rassembla la semaine dernière près de sept cents personnes à la salle des fêtes a défini dans quel état d’esprit il entendait aborder sa campagne. L’un des principes majeurs affirmé haut et fort repose sur le respect de tous et en particulier de ses adversaires, la condamnation de toute agressivité avec pour objectif de dépassionner le débat et de ramener dans notre village le calme et la sérénité bien malmenés ces dernières années. La parole fut d’ailleurs largement donnée à d’ardents supporters de la Menardie qui purent exprimer leurs opinions tant sur la question des logements sociaux, n’est-ce pas monsieur Janichon, que sur celle justement de la non-participation au débat public, n’est-ce pas monsieur Pauly ?

 

Exit donc le débat houleux, voire haineux, de la M.J.C. et du Centre Social, place à une campagne d’idées, d’opinions et de projets qu’attendent les électeurs.

 

Et là, la question d’en avoir ou pas ne se pose pas.


 

Centre social

 

 

 


Repost 0
Published by Scapin - dans Élections 2014
commenter cet article
24 février 2014 1 24 /02 /février /2014 09:51

 

 

 

pasnou, pasnou ! 1 modifié-1« Esbroufe », « bluff », « frime », tels sont les trois mots qui sont immédiatement venus à l'esprit de mon maître à son arrivée hier matin sur la place du marché. La ménardie frappait en effet un grand coup en y disséminant trois ou quatre parasols bienvenus par une météo plus que printanière et destinés à accueillir une multitude de citoyens curieux de se faire présenter le programme du candidat sortant avant que de les guider vers la salle socio-culturelle où le gourou officiait et dispensait la bonne parole. Il est vrai que face aux vents contraires, il convient de faire volume pour exister.

 

Bien qu'il restât sur place une bonne heure et demie, le temps d'apprécier à sa juste valeur la prestation d'un agréable jazz-band convié pour l'occasion, mon maître me rapporta que les parasols restèrent désertés à l'exception bien entendu des habituels godillots de la bande à Menard, nous étions bien loin des sept cents personnes réunies mercredi dernier par Damien Combet à la salle des fêtes. Seuls François Pillard, Yves Piot et Gérard Robert, hors parasols, alpaguaient le chaland, n'hésitant pas à pratiquer la plus médisante des désinformations, la plus grossière des pillardises consistant à confier discrètement à qui voulait l'entendre que "les autres" avaient pour projet de requalifier la médiathèque en supermarché ! N'importe quoi ! Calomniez, calomniez, il en restera toujours quelque chose !

 

Supermenteur-copie-1A propos de mensonge,  mon maître assista en direct à la salle socio-culturelle à une éclatante illustration des talents de notre Super-Menteur municipal dans ses hautes œuvres : À une jeune et charmante maman qui l'interpellait devant une assistance d'une petite trentaine de personnes sur la délicate question des rythmes scolaires, et en particulier sur le coût de la réforme qui serait désormais supporté par les familles (40 € rien que pour la première heure !), Ménard eut le culot d'affirmer avec un incroyable aplomb que cela ne changeait rien par rapport à la situation actuelle, provoquant l’ire bien compréhensible de son interlocutrice. Celle-ci connaissait bien le sujet et n'eut aucune peine à mettre le nez du maire dans son caca. Chacun sait en effet que l'étude surveillée des devoirs est actuellement gratuite. Il est impératif qu'elle le demeure.

 

En tout état de cause, gageons que Pierre Menard se retranchera derrière son nouveau slogan de campagne : « Ce n’est pas nous !! C’est les autres !! »

 

Les rythmes scolaires ? Ce n’est pas nous !! C’est le ministre de l’Education Nationale (pourtant un pote du P.S.) !! L’urbanisme ? Ce n’est pas nous !! C’est la conjonction P.L.U. / P.L.H. / S.C.O.T. !! La voirie ? Ce n’est pas nous !! C’est la C.C.V.G. !! … etc …

 

Rassemblons nous nombreux le 23 mars prochain pour faire Carouss', liesse et bombance ! C’est l’ouverture de la chasse aux pas-nous-pas-nous ! 

 


 

Repost 0
Published by Scapin - dans Élections 2014
commenter cet article
22 février 2014 6 22 /02 /février /2014 18:00

 

 

 

Défi 1Il ne s'agit pas ici d'évoquer le chef d'œuvre musico-pédagogique que Segueï Prokofiev écrivit et composa en 1936, mais bien plutôt l'une des nombreuses fables d'Esope, poète de l'antiquité grecque qui inspira souvent notre grand fabuliste du XVIIème. Les hellénistes distingués nous ont transmis cette pièce sous le titre "le garçon qui criait au loup".

 

De ce conte qui hanta les nuits cauchemardesques de nos vertes années, nous retiendrons qu'il pose la question de la crédibilité à laquelle ne peut prétendre un personnage dont on sait par ailleurs qu'il manipule les villageois depuis longtemps avec un art et une constance consommés.

 

Fiscalité localePierre Menard ne manque pas d'air en effet lorsqu'il se pose comme défi numéro un pour le prochain mandat de "gérer les finances communales sans augmentation du taux des impôts locaux d'ici 2020". Outre le fait que nous lui accorderons la grâce de considérer que viser les impôts locaux au lieu des impôts communaux résulte d'une erreur de plume plutôt que d'une incompétence avérée en matière de finances publiques, comment pouvons nous ajouter foi à un engagement pris par un élu qui, à peine assis dans le fauteuil de maire, s'empressa de faire voter une augmentation de 30 % des impôts qui relevaient de sa responsabilité ? Il y a forcément un loup quelque part !

 

Comme à son habitude, Menard se comporte en opportuniste qui cherche à profiter des circonstances sans trop se soucier des principes moraux. « Il n'y a que les imbéciles qui ne changent pas d'avis », nous affirmera-t-il probablement avec son assurance tranquille et son sourire de ravi de la crèche. Au moment où il vous glisse habilement dans l'oreille les propos que vous souhaitez entendre, l'opportuniste n'est certes pas un imbécile.

 

En revanche, il vous prend, vous, pour un imbécile. Et le malheur, c'est que parfois, plus la ficelle est grosse, mieux elle passe.

 

Dieu fasse qu'à la parfin, comme dans la fable d'Esope, le petit Pierre se fasse croquer tout cru.

 

 

Repost 0
17 février 2014 1 17 /02 /février /2014 18:14

 

tribune-libre

 

Un de nos assidus lecteurs, maniant l’ironie avec une admirable dextérité, nous adresse un billet qui pourrait nous faire sourire s’il ne couvrait, hélas, une bien triste réalité !

 Grâce lui soit toutefois rendue de l’hommage appuyé qu’il rend lui même à Sébastien le Prestre, marquis de Vauban, grand préfigurateur du siècle des lumières si cher à mon maître.

 

 

 

Nous avions CHAPONOST SUR MER, enseigne de restauration dans la zone industrielle, mais il est confirmé que CHAPONOST est bien devenu un port maritime.

 

image003

 

En effet, on pourrait se croire revenu dans les années 40 (1940), et au bord de la mer car une puissance « occupante » a érigé sur la place de notre village « LE MUR DE L’ATLANTIQUE », véritable blockhaus sans fenêtre qui va masquer sans aucun doute la vue sur la mer … verte – qu’est le parc du BOULARD.

 

image004

 

image005

 

Du temps de VAUBAN (référence au cousin suisse), c’était plus joli …

 

 

 


Repost 0
Published by Scapin - dans Tribune libre
commenter cet article
2 février 2014 7 02 /02 /février /2014 18:58

 

 

liste MenardLes gladiateurs entrent enfin dans l’arène !

 

Avec quinze jours de retard sur Damien Combet, Pierre Menard dévoile la composition de sa liste dans les colonnes du Progrés qui, notons le, ne commet pas une nouvelle fois la bévue du 18 janvier et ne sera pas tenu de publier un erratum.

 

Par rapport à la liste de 2008,

-       16 recalés,

-       16 nouvelles têtes.

-       11 reconduits outre l'impétrant,

 

L’analyse freudienne n’entre pas dans le domaine de compétence traditionnel d’un simple valet dévoué au service de son maître ; Toutefois, certaines disparitions comme quelques maintiens surprenants attisent notre curiosité et suscitent de légitimes questions.

 

Première constatation, trois adjoints y compris le premier d’entre eux passent à la trappe, et non des moindres : La démocratie locale et la communication, le développement durable ainsi que la vie sociale et les solidarités.

 

Geneviève Chevassus, 1ère adjointe et première à cracher dans la sciure, ne laissera pas un souvenir impérissable dans les annales chaponoises tant son passage fut incolore, inodore et sans saveur. Désignée chantre de la démocratie participative, elle orchestra tant bien que mal les simulacres de concertations qui émaillèrent le mandat et la comedia del arte des élus au marché. Elle n’émut mon maître, qui avait 20 ans à l’époque, qu’une seule fois lorsque, lors des derniers vœux du maire, elle exhorta l’assistance à la manière des hippies des années 70 : faites l’amour, pas la guerre !

 

Nous avons dans ces colonnes suffisamment vilipendé Olivier Martel et sa passion obsessionnelle pour les petites bêtes et les herbes folles pour ne pas verser la moindre larme de crocodile sur sa décollation sous l’échafaud menardien. Cette caricature de caricature de l’écolo ayatollesque doctrinaire ne pouvait que nuire à l’image de la liste, Pierre l’a bien compris qui s’en sépare tel François de Valérie.

 

Jean Philippe Prost Romand est sans doute victime à la fois de son âge canonique et de son intervention pour le moins maladroite au conseil municipal qui provoqua tantôt ce que, dans le langage politiquement correct, on appelle un incident de séance.

 

Jean Charles Kohlhaas n’était pas adjoint, sans doute ne l’a-t-il pas voulu. Néanmoins, la disparition du P.P.C.(1) de ce personnage haut en couleur laissera sûrement un vide, et pas seulement de temps de parole, au conseil municipal. Lui, ne brassait pas d’air à l’aide de mesures symboliques et souvent ridicules. Ses interventions en séance,  claires et structurées, témoignaient d’un réel sérieux et d’un engagement sincère pour une écologie réfléchie et un développement réellement durable. Il n’hésita pas à marquer son désaccord avec la politique menée par Pierre Menard en pratiquant depuis plusieurs mois, comme autrefois le général dans d’autres instances bruxelloises, la politique de la chaise vide. Exit donc !

 

 

Ce n’est pas faire injure aux autres débarqués que d’observer qu’ils marquèrent moins la mandature et qu’ils sont mal remerciés de leur comportement fidèle de serviles godillots de la ménardie : Pascale Pauly, Suzanne Ceysson, Janine Gravrand, Sarah Causse, Stéphane Larconnier et Andé Fayolle.

 

Parmi les entrants que nous ne connaissons pas nous relèverons la présence de Eric Bublex et Nathalie Brunard, fans inconditionnels et éminents pigistes du blog de Menard où les menardiens parlent aux menardiens.

 

Restent les vieux routiers ! Plaise à Dieu que nous ne devions pas assister à leur victoire le 23 mars prochain.

 

Nous devrions supporter à nouveau les géronneries et les pillardises de nos actuels adjoints à l’urbanisme au logement, aux travaux et à la voirie. Il n’est que d’observer les récentes transformations de notre village pour considérer qu’ils ont suffisamment sévi.

 

Nous subirions aussi les gesticulations pomponneuses de MJVC à la gloire de son gourou, le dogmatisme gauchisant de Chantal Guyot, les exposés lénifiants de Yves Piot sur la sécurité alors que les cambriolages connaissent une augmentation inquiétante … etc …

 

Seule trouverait grâce aux yeux de mon maître la reconduction de Daniel Serant, garant depuis six ans de l’orthodoxie financière, et, peut être, de Pascal Adoumbou s’il se donnait pour mission de relever le flambeau laissé par Jean Charles Kohlhaas dont il semblait souvent partager les opinions.

 

Nous verrons bien qui figurera aux premières places de la liste car seuls les candidats occupant les cinq ou six premières positions accéderont au conseil municipal pour y représenter démocratiquement l’opposition pour les six années à venir.

 

 

(1) Paysage Politique Chaponois

 

Repost 0
Published by Scapin - dans Élections 2014
commenter cet article
31 janvier 2014 5 31 /01 /janvier /2014 11:15

 

 

Médiat - 1 jpegCertes moins machiavélique mais tout aussi mystérieux que celui que Gaston Leroux imagina errant dans le dédale des profondeurs souterraines du Palais Garnier, il semble qu’un fantôme hante aujourd’hui les couloirs de la médiathèque.

 

La mésaventure que connut tantôt et que nous rapporta l’un de nos assidus lecteurs ne manque pas en effet de nous laisser perplexes : Alors qu’il n’avait plus fréquenté la médiathèque depuis 2008, notre ami se vit réclamer le 16 janvier dernier par un courrier non signé du vénérable établissement municipal la restitution de deux ouvrages que sa petite fille aurait empruntés en décembre de l’an dernier, et ce sous la menace d’une amende forfaitaire.

 

Fort mari et humilié de se voir ainsi cloué au pilori et mis en examen pour détournement de bien public, notre honnête concitoyen prit immédiatement l’attache de la directrice pour plaider sa cause, présenter sa défense et se voir blanchi de l’infamant chef d’inculpation. Il apprit à cette occasion que lesdits ouvrages avaient, comme par enchantement, été restitués le 17 janvier, jour même de l’entrevue, alors que sa petite fille pouvait exciper d'un emploi du temps lui procurant un alibi irréfutable. Il confirma immédiatement ses dires par un courrier circonstancié demeuré sans réponse à ce jour.

 

L’idée saugrenue vint alors à notre infortuné lecteur, devenu fort suspicieux par la force des choses, d’une vile et basse manœuvre destinée à gonfler artificiellement le nombre de prêts octroyés par la médiathèque alors même que le nombre de visiteurs s'inscrit en très sensible régression, infirmant ainsi l’ardente nécessité soutenue par nos élus d’en bâtir une nouvelle.

 

Nous attribuerons ce manifeste dérapage intellectuel au traumatisme de l’inculpation d’un innocent et au stress qui s’en est suivi pour le mis en cause. Qui pourrait imaginer en effet que nos ministres intègres se livrent à pareille manipulation alors que Chantal Guyot, lors du dernier conseil municipal s’escrima à démontrer que, si les chiffres n’étaient pas particulièrement brillants, et ce n'est que litote, ils étaient moins désastreux que ceux des médiathèques alentour ?

 

L’idée ne nous aurait même pas effleurés !

 


 

Repost 0
Published by Scapin - dans Centre culturel
commenter cet article
21 janvier 2014 2 21 /01 /janvier /2014 20:09

 

 

Canard.jpgAllègrement sauté sans l’aide de la moindre perche par Pierre Menard au soir de ses vœux annuels lorsque, dressant l’inventaire des événements importants qui ont jalonné l’année écoulée, il omit de citer la date du 17 mars et le cortège de protestation qui réunit dans la rue plus de mille Chaponois opposés à sa politique d’urbanisme de même que les deux pétitions négligées qui ont cumulé plus de deux mille trois cents signatures contestant ses projets de bâtisseur.

 

Mémoire déficiente ou mémoire sélective ? A en juger par les capacités de travestissement de la réalité développées avec brio par notre maire depuis son accession aux marches de l’hôtel de ville, nous sommes tentés de privilégier  la seconde de ces hypothèses.

 

Quoi qu'il en soit, qu’il s’agisse de dégénérescence sénile précoce ou de mépris affirmé et assumé, qu’importe qu’il soit pathologiquement amnésique ou plus probablement purement et simplement dédaigneux vis à vis de ses administrés, on ne peut raisonnablement confier à nouveau les clés de la mairie pour un second bail de six ans à ce triste personnage.

 


Repost 0
Published by Scapin - dans Le mur du çon
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Scapin
  • Le blog de Scapin
  • : Chronique villageoise de Chaponost
  • Contact

A vos claviers

Recherche

net e-tiquette


En raison des

responsabilités encourues
par le webmaster,
tout commentaire comportant
un lien hypertexte vers un
site extérieur à ce blog
sera retiré de la publication