Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
20 janvier 2008 7 20 /01 /janvier /2008 17:08

Mon maître et moi ne faisons qu’un, formant ainsi un couple fusionnel.

Aussi, poussé par la curiosité de nos lecteurs sur le point de percer notre secret et pour honorer un engagement que je pris naguère vis-à-vis de
Pierre Menard qui se souciait des dérives potentielles de notre anonymat je prends l’initiative de l’interviewer afin qu’il nous dévoile lui-même en même temps que son identité les raisons de ma création.

Voici donc
Scapin par Scapin, comme il aurait pu y avoir, selon vos goûts : Spirou-et-Fantasio.jpg

 

Castor par Pollux,

Bouvard par Pécuchet,

Dr. Jekyll par Mr. Hyde,

Stan Laurel par Oliver Hardy, ou même,

Spirou par Fantasio.

 

Ainsi se tourne une première page du blog de Scapin mais, en fieffés valets que nous sommes, nous poursuivrons, en pleine lumière et désormais à deux, nos observations de la campagne électorale qui se déroule sous nos yeux et la publication de nos fourbes billets.

Repost 0
Published by Scapin - dans Editoriaux
commenter cet article
20 janvier 2008 7 20 /01 /janvier /2008 14:13

Beaucoup d’entre vous ont pris comme moi connaissance du contenu du dernier tract de Pierre Menard (janvier 2008) distribué ce week end dans nos boîtes aux lettres ; la curiosité de quelques uns en a peut être été aiguisée quant à la recette de la potion magique de ce bon docteur que nous recommande de cuisiner Geneviève Chevassus dans son édito à la une.Potion-magique.jpg

 

Livrons nous si vous le voulez bien à un petit exercice d’analyse sémantique et statistique : Sur les six pages que comporte ce document, éliminons, pour ne retenir que les articles de fond, la une éditoriale, quelques témoignages anecdotiques et une contribution pamphlétaire. Restent quatre articles consacrés directement ou indirectement à l’urbanisme (1), quatre aux transports (2) et un aux finances de la commune.

 

Entrons dans le détail du thème urbanistique : les quatre articles concernés utilisent à dix reprises, l’appliquant au sujet chaponois, le terme « ville » et à deux reprises seulement le terme « village ».

 

Pour respecter la loi des grands nombres, élargissons notre étude au thème transports : nous ajoutons une fois le mot « village » mais découvrons à deux reprises le mot « agglomération ». Sur l’ensemble des six pages, le gagnant est « ville » (11 citations) suivi de « village » (5 citations) et « agglomération » (2 citations).

 

Et encore, le terme « village » est il utilisé dans l’éditorial de madame Chevassus dans l’acception péjorative de village gaulois.

 

La recette est limpide, Pierre Menard entend transformer Chaponost en une ville ! Je ne suis pas sûr que ce soit là le souhait de nos concitoyens pour la plupart très attachés à leur village.

 

Nous savons tous que le PS est un parti de citadins. Prenez garde, monsieur Menard que les électeurs ne vous fassent tomber, le 16 mars prochain, au fond de la marmite !

 

 

 

(1)                Tisser la ville : propos croisés – page 2

Quid du centre nautique – page 5

Habitat locatif aidé – page 6

Urbanisme et habitat : des propositions – page 6

(2)                Déplacements : circulez, y’a rien à voir – page 3

Transports et Déplacements : il y a des solutions – page 3 et 4 (3 articles)

Repost 0
Published by Scapin - dans Elections 2008
commenter cet article
19 janvier 2008 6 19 /01 /janvier /2008 13:43
Nessie.jpg

Juré, craché ! Croix de bois, croix de fer… ! Cette fois, on va le faire !

 

Les Calédoniens ont leur monstre du Loch Ness, les matelots leur serpent de mer, Bizet son Arlésienne, nous avons plus modestement l’aménagement de la rue Chapard.

 

Plusieurs générations d’élus municipaux - il est vrai qu’à ce stade une génération ne dure que six années, parfois sept – ont  annoncé dans leurs campagnes qu’elles allaient s’atteler, c’est sûr, à ce chantier que tous, d’un bord comme de l’autre, jugent prioritaire pour la cohérence de notre urbanisme. Combien de fois n’avons-nous pas entendu dire que la rue Chapard constitue le cordon ombilical qui réunit les deux centres du village et qu’il convient de l’aménager en conséquence ? Pierre et Jacques n’échappent pas à la règle en ce début d’année électorale.

 

Heureusement pour nos politiques, l’électeur est un animal doué d’une mémoire courte qui permet à ces messieurs, à peine le bulletin dépouillé, de remiser dans les fondrières les engagements pris sur la place du marché. Au besoin, l’on n’hésite pas à agir à l’encontre de la logique du projet, en créant par exemple un parc de stationnement automobile au beau milieu de l’artère que beaucoup s’accordent à rêver la plus piétonne possible.

 

Personne ne peut ignorer, monsieur le maire nous l’a suffisamment trompeté dans les oreilles, que le P.L.U. a enfin été adopté et que l’une de ses priorités est la densification de l’habitat en centre ville. Ce plan pourrait recevoir une formidable première application dans le cadre du chantier Chapard. La commune y dispose en effet de quelques réserves foncières qui pourraient être affectées à la construction de logements en coordination avec l’implantation de commerces et l’aménagement de la voie elle-même reconquise à cette occasion au bénéfice de la circulation piétonne tout en assurant une disponibilité minimum aux titulaires d’accès automobiles. Le défi, on le voit, est d’importance tant les contraintes sont contradictoires mais le challenge ne doit pas effrayer nos valeureux candidats.

 

Nous essaierons de ne pas avoir la mémoire aussi courte que celle des électeurs et nous rappellerons Jacques ou Pierre, selon qui sera élu, à ses engagements sur le sujet.

 

Messieurs, si vous mentez, croix de bois, croix de fer, vous irez en enfer.

Repost 0
13 janvier 2008 7 13 /01 /janvier /2008 13:04
DSCN2035.jpg

De grâce, monsieur Gouttebarge, communiquez !

 

Nous savons bien que le torpillage, auquel, je vous l’accorde, vous êtes totalement étranger, de l’embryon d’une troisième liste vous a ouvert un boulevard vers l’hôtel de ville. Le soutien d’un député étiqueté UMP vous assure de surcroît l’appui d’une machine électorale riche et puissante. Si j’avais aujourd’hui quelques picaillons à engager sur un pari, je crois que je ne prendrais pas grand risque à les porter sur votre nom.

 

Cette confortable situation ne devrait toutefois pas vous dispenser de vous exprimer et de communiquer avec ceux dont vous sollicitez les suffrages. Cela relève du plus élémentaire respect. Il ne me souvient d’avoir reçu de vous que votre déclaration d’intention datée du 10 décembre 2007.

 

Votre blog créé par ailleurs à cette occasion ne fut depuis alimenté qu’à quatre reprises, respectant une parité parfaite : deux supporters, deux supportrices qui témoignèrent, cela va de soi, de leur attachement à notre village et abordèrent quelques grands thèmes généraux et « bateau » que l’on retrouve dans les discours de tout politicien de quelque bord qu’il soit : Environnement, urbanisme, transports, culture et, bien sûr, Développement durable, cette insipide bouillie que nous ressert la cantine de la rue de Grenelle. Plus un seul article depuis le 23 décembre ! Vingt jours de silence sont bien longs dans une campagne qui n’en compte qu’un peu moins d’une centaine !

 

Par respect pour vos potentiels électeurs, vous avez le devoir d’exposer le contenu de vos projets, votre façon de les mettre en œuvre et avec quelle équipe vous vous engagez. Le prétexte fallacieux du travail de préparation mené en commission et en interne à votre liste n’est pas acceptable. Par la même occasion, il ne vous est pas interdit de décrire la procédure à respecter pour proposer des commentaires sur votre site ; n’étant pas un professionnel de l’internet, je ne l’ai pas encore découverte.

 

Pas plus que vous Pierre Menard n’a encore publié la composition de sa liste, c’est regrettable, mais à tout le moins communique-t-il régulièrement par l’intermédiaire de son blog qui, bien qu’empreint de l’austère dogmatisme du peuple de gauche, assure un certain niveau d’information sur son futur programme.

 

Je vous supplie donc, mon cher Jacques, de mener une démarche de « bench marking », comme l’on dit de nos jours dans notre excellent français, et de vous inspirer, au minimum, de l’exemple de votre adversaire.

 

A vous lire.

 

Repost 0
Published by Scapin - dans Elections 2008
commenter cet article
12 janvier 2008 6 12 /01 /janvier /2008 08:07

Mon cher ami,Voltaire.jpg

 

On me rapporte qu’Henri ne brilla pas hier soir par son talent oratoire lors de la traditionnelle cérémonie protocolaire des échevins. Que voulez vous, n’est pas Démosthène qui veut et il paraît en outre qu’il ne fut pas servi par la technique, trahi par un microphone capricieux. En revanche, vous auriez échappé à son habituel discours fleuve de dictateur des Caraïbes, vous ignorez l’épreuve que vous avez évitée, je vous envie.

 

On me dit aussi que, sans que vous ayez été nommé le moins du monde, les orateurs firent plusieurs aigres allusions au contenu de vos fourbes billets et que les regards échangés dans la salle en ces occasions trahissaient la petite notoriété dont vous semblez désormais jouir au sein de notre village. Je vous félicite donc, mon cher Scapin, du succès de la propagation de votre prose, elle alimente des débats que nos candidats édiles devront aborder.

 

Sur le fond, j’apprends qu’Henri, confirmant, tout le monde le savait, qu’il ne solliciterait pas à nouveau le suffrage des chaponois, refusa de se prononcer en faveur de l’un ou l’autre des deux candidats à sa succession. Rappelons que le premier est l’un de ses adjoints au conseil, le second le chef de file de son opposition au sein du même conseil. Bel exemple de fidélité et de reconnaissance ! A moins qu’il ne s’agisse de sa naturelle propension à s’abstenir ?

 

Peu après avoir confirmé que les conclusions du recensement allaient prochainement établir, au mieux, une stagnation de notre population, et prenant à témoin un très ancien Directeur Général des Services, Henri souligna paraît il, non sans une outrecuidante fierté, la performance de sa politique de recrutement : L’effectif municipal a, sous son administration, très sensiblement augmenté pour atteindre aujourd’hui quatre-vingts « Equivalents Temps Plein », cette nouvelle notion qui permet à nos économistes de celer un effectif réel très supérieur en nombre d’individus. Vous m’en voyez tout ébaubi ! D’autant que ce constat permit bien sûr à l’orateur de justifier la nécessité d’engager de lourdes dépenses improductives dans l’agrandissement de la maison commune que vous condamnâtes tantôt. Qu’il est regrettable que les politiques aient de tous temps mesuré l’étendue de leur pouvoir à l’aune de l’importance numérique de leur administration et financière de leur budget !

 

Henri confirma également avec entêtement son intention de voir créé le grand espace marchand que vous avez il y a peu combattu pour la protection de nos petits commerces ; De la maison Berthelot en revanche et de votre pataugeoire il ne fût pas question. Pas un mot non plus de l’hypothétique voie de contournement, pourtant chaque jour plus indispensable que la veille. Mais il est vrai que la définition d’un programme ne lui appartient plus, seule lui demeurera la responsabilité d’un lourd passé.

 

Je me maintiendrai, mon cher ami, informé des évènements et ne manquerai pas de vous adresser mes commentaires, si ceux-ci peuvent vous agréer.

 

Votre.

 

François Marie

Repost 0
8 janvier 2008 2 08 /01 /janvier /2008 21:09

Un pour tous, tous pour un,  cher monsieur d’Artagnan !

 

Je ne suis mandaté par aucun des deux candidats pour officialiser leur coming out, mais, poussé par la pression que vous faites monter sur ce site, je choisis ce soir d’endosser le mauvais rôle, celui du vilain petit rapporteur. Je vous livre donc ci-dessous deux nouvelles :

 

  • Jacques Gouttebarge dirige une liste UMP.

Jacques-Gouttebarge.jpg

  • Pierre Ménard conduit une liste PS.

Pierre-MENARD.jpg

Logo-PS.jpg
Quels scoops !!

Il n’était que de prendre connaissance du contenu des blogs respectifs de ces deux personnages (dont l'indigence n'a au demeurant d'égal que le manque de fréquence dans les publications) pour se convaincre de ces évidences. Qui pouvait se référer au concept de démocratie participative, ce gadget ségoléno-ménardien, sinon un socialiste bon teint ? Qui pouvait se recommander de la majorité présidentielle, allant même jusqu’à évoquer une politique d’ouverture (« de large rassemblement »), sinon un Sarkosyste pur jus ?

Pourtant, puisqu'il n'y a d'autre choix, l’un des deux a ma préférence, celui là aura mon suffrage. Mais je ne le dirai pas ce jour d’hui, il convient de faire durer le suspense encore quelques temps.

Qu’il me soit toutefois permis d’exprimer ici un regret : Entre les deux rives, gauche et droite, de ce fleuve tranquille qu’est le Garon, il y avait pourtant place pour une autre liste, surtout pas  étiquetée Modem comme l’auraient tant souhaité Roland Crimier, Yves Hartemann, Christian Porte, Henri Fillon et leurs affidés, ces adeptes de la conduite du tracteur agricole en perpétuel équilibre instable entre les deux lèvres du sillon, mais apolitique au sens réel du terme, c'est-à-dire guidée par le seul intérêt des chaponois et le souci de leur bien-être et de leur développement. Un village de huit mille âmes n’a que faire des querelles partisanes qui déchirent les élus de la nation, seul compte l’épanouissement harmonieux de ses habitants.

Puisque les manœuvres des uns et des autres n’ont pas autorisé cette troisième voie, la plus raisonnable, nous serons amenés à choisir et à nous prononcer. Nous assumerons nos responsabilités.

Repost 0
Published by Scapin - dans Elections 2008
commenter cet article
7 janvier 2008 1 07 /01 /janvier /2008 20:58

aquatique3.jpgHello dear taxpayer !

 

Trente millions d’€uros (1), dont cinq millions d’€uros à notre charge lors de la création si l’on en croit les commentaires de Picsou et Colbert publiés dans ces pages les 30 décembre et 5 janvier derniers, auxquels il convient d’ajouter 760 K€ de frais de fonctionnement annuel (1), dont 100 K€ à la charge de la seule commune de Chaponost toujours selon Picsou, voilà quel sera le coût de la pataugeoire, pardon du centre aquatique intercommunautaire, que nous concoctent nos chers élus des communautés de communes de la vallée du Garon et du pays Mornantais.

 

Au surplus, ce chef d’œuvre sera édifié aux confins du territoire concerné, au mieux à Taluyers, au pis à Mornant, à plus d'une portée de mobylette de la place Joffre ! Mais rassurons nous, il comprendra lagune de jeux, buses massantes, banquettes à bulles, geyser, plage de jeux, bassin extérieur (encore heureux !), sauna, spa, hammam, jacuzzi et autre restaurant.

 

Sans polémiquer plus avant sur le poids financier de ce pharaonique projet, il ne me parait pas inutile de conter la façon dont notre cher maire prend en compte les opinions exprimées par ses concitoyens.

 

Le 13 décembre dernier, le conseil municipal se prononçait contre ce projet : 23 voix contre, 2 voix pour et 3 abstentions.

 

Un esprit non averti pourrait croire que les cinq délégués du conseil à la communauté de communes se voyaient ainsi confier une lettre de mission claire et dépourvue de toute ambiguïté. Que nenni ! Lors de la réunion de la CCVG du 18 décembre, n’écoutant que le courage qui le caractérise, notre gérontocrate magistrat se réfugia dans la seule position qui lui paraissait tenable, l’abstention ! Il fût d’ailleurs suivi dans cette téméraire attitude par un second délégué, les trois autres sauvant l’honneur chaponois en exprimant un vote défavorable. Au final le scrutin mit en lumière 16 voix pour, 3 voix contre et 2 abstentions.

 

Et voilà, chers amis, comment nous allons être emportés, malgré nous mais avec la complicité de notre maire, dans un enchaînement qui risque fort de nous obliger à pratiquer la brasse coulée pendant une trentaine d’années, le temps d’éponger les dettes qui seront inévitablement contractées pour financer cette mare aux canards.

 

Il me paraît hautement souhaitable que messieurs Gouttebarge et Ménard se prononcent au plus vite sur les mesures qu’ils envisagent de prendre pour contrer efficacement ce projet.

 

 

(1) : Source : brochure de présentation intitulée « Exprimez-vous » éditée par la CCVG et la CCPM à l’occasion de la concertation publique.

Repost 0
Published by Scapin - dans Centre aquatique
commenter cet article
5 janvier 2008 6 05 /01 /janvier /2008 16:56
voeux.jpg

Puisqu’il est d’usage en ces temps d’entre Saint Sylvestre et Epiphanie de présenter ses vœux, sacrifions à la tradition et adressons les nôtres à notre futur maire.

 

Qu’il soit Pierre ou Jacques (Il eût pu être Anne, on ne l’ a pas voulu) je souhaite à ces deux apôtres de réunir les vertus cardinales qui ont de tous temps fait les grands magistrats, parmi lesquelles je retiendrai en particulier transparence, rigueur et vision à long terme, toutes qualités qui me semblent avoir fort manqué à ses prédécesseurs.

 

La transparence d’abord : Elle est une nécessité pour toute structure démocratique et ce d’autant plus que l’explosion récente des nouvelles technologies de l’information permet à chacun, à plus forte raison à un élu, de communiquer en temps réel avec une multitude d’interlocuteurs, par exemple ses administrés, et de leur exposer clairement la nature, le contenu et les conséquences politiques et financières des projets qu’il engage. Il devrait être loin, le temps des bulletins municipaux qui relatent, trois mois après l’événement, le dîner annuel du club du bel âge, le banquet des classes en xx ou le dernier comice agricole. Ce qui intéresse le citoyen, au demeurant électeur et contribuable, tient à la stratégie plus qu’à la tactique municipale et bien plus qu’à l’inauguration des chrysanthèmes. Bien que lecteur assidu de « Chaponost Informations », Il ne me semble pas avoir beaucoup vu que l’on y évoque les grandes options structurelles avant qu’elles ne soient décidées, voire mises en œuvre. Ceci relève d’un profond irrespect pour la population.

 

La rigueur ensuite : Le gestion en bon père de famille est l’une des qualités premières dont doit faire preuve un politique. J’ai déjà eu l’occasion de souligner dans ces pages que l'endettement de notre commune avait atteint un niveau qui, pour ne pas être des plus alarmants, se situe bien au-delà des limites du raisonnable. On se demande d’ailleurs quelles sont les raisons de cette récente progression, particulièrement spectaculaire au cours des trois dernières années alors même que, sur la même période, la dépense d’investissement par habitant demeurait en moyenne plutôt stable. Je souhaite donc à notre futur premier magistrat de se montrer économe des deniers de ses administrés, veillant particulièrement à ce que chaque €uro dépensé soit payé de retour pour le bien de notre village et non pour celui de sa propre notoriété.

 

La vision à long terme enfin : Depuis qu’Henri Fillon préside aux destinées de notre commune, peut être même avant, Chaponost est devenue une (belle ?) endormie. Aucune action n’a été menée pour revitaliser notre village qui, peu à peu, a sombré dans une léthargie de cité dortoir de l’agglomération lyonnaise. Je souhaite à notre futur maire d’avoir le courage d’entreprendre une politique énergique de développement qui conduira, à terme et même peut être, son aura dût-il n'en pas bénéficier, au-delà de la durée de son mandat, à attirer des entreprises, donc des emplois, donc de nouveaux habitants, donc de la richesse, donc de nouvelles possibilités de développement… etc…

 

Lorsque Martin Luther King eût un rêve, c’était pour appeler de ses vœux un Président noir ; à mon modeste niveau, je souhaite à Chaponost un maire qui soit un honnête homme, au sens premier que chacun accorde à ce terme : un homme qui se conforme aux règles de la morale, de la loyauté et de la probité.

 

Très bonne année 2008, monsieur le maire.

Repost 0
Published by Scapin - dans Politique locale
commenter cet article
1 janvier 2008 2 01 /01 /janvier /2008 14:56



L’avenue Paul Doumer n’est ni la rue Beaubourg, ni la rue de Lille, ni le jardin des tuileries (ou bien la place de la Bastille, ou bien le quai François Mauriac), ni enfin le quai Branly. De même qu’Henri Fillon n’est ni Georges Pompidou, ni Valéry Giscard d’Estaing, ni François Mitterrand, ni enfin Jacques Chirac. Au final, les contribuables chaponois ne constituent pas une masse fiscale comparable à celle de la France, taillable et corvéable à merci pour la réalisation des grands projets de ses princes.

 

La maison Berthelot, dont on nous rebat les oreilles à longueur de bulletins municipaux, tracts et supports de communication électorale d’un bord comme de l’autre, ne saurait être notre musée d’art moderne, musée d’Orsay, Grand Louvre (ou Opéra, ou Grande bibliothèque), ni enfin notre musée des arts premiers dans le seul but d’assurer pour la postérité la notoriété de notre maire actuel, peut être sous le nom d’ « Espace Henri Fillon » ?

 

Ce bâtiment, situé au cœur de la rue commerçante de notre village, ne présente, comme chacun peut le constater, aucune qualité architecturale majeure de nature à justifier le traitement que l’on veut lui réserver. Il ne revêt aucuDSC-0010.JPGn charme et, pour tout dire, est plutôt triste et laid. Sa seule caractéristique est de représenter la technique traditionnelle de construction en pisé des bâtiments agricoles des monts du Lyonnais, au même titre que plusieurs milliers d’autres fermes alentours ; Quelle originalité ! L’on voit mal dès lors la raison qui pousse nos édiles présents et futurs à vouloir y créer une maison de pays dont l’implantation centrale ira à l’encontre des objectifs de densification de l’habitat en centre ville contenus dans le P.L.U. comme du dynamisme de la principale rue commerçante de notre village.

 

La préemption de la propriété Berthelot et les diverses opérations foncières périphériques à cette opération ont déjà coûté fort cher à la commune (Peut être serons-nous amenés un jour à évoquer dans un autre billet l’opération « Géode »), on imagine aisément combien coûterait la réhabilitation de cette bâtisse ancienne, et combien plus encore si sa vocation devait être d’accueillir du public, avec toutes les contraintes budgétaires liées aux normes de sécurité.

 

L’emplacement que laisserait libre la rénovation de ce bâtiment pourrait utilement être consacré à l’édification d’un immeuble de logements locatifs ou réservés à l’accession aidée dont le rez de chaussée pourrait être réservé à l’installation de commerces de proximité. Un tel programme serait certainement de nature à contribuer au développement tant économique que démographique de notre commune mieux que ne le ferait un musée où, d’ailleurs, on ne sait toujours pas ce que l’on exposerait.

Repost 0
Published by Scapin - dans Maison Berthelot
commenter cet article
30 décembre 2007 7 30 /12 /décembre /2007 08:40

Mon cher ami,

 

Vous savez bien comme l’éloignement de notre village me mine et combien j’aimerais être parmi vous alors que son avenir est sur le point de se jouer avec le renouvellement des échevins. Aussi, les nouvelles qui me parviennent dans mon exil par le truchement de vos publications me réchauffent le cœur et me poussent à prendre toutes mesures pour être à nouveau des vôtres lorsqu’il conviendra de garnir les urnes.

 

L’on me dit que les candidatures à la succession du vieil Henri ne laissent pas de surprendre qui connaît l’histoire de notre bourgade. Il paraît en effet que notre grand argentier, qui, tel un vizir de gazette illustrée, ne rêvait depuis toujours que d’être calife à la place du calife, ne donne pas suite à ses ambitions faute d’avoir réuni autour de son panache un nombre suffisant de dociles vassaux et laisse ainsi le champ libre à un Jacques lui-même soutenu par un représentant du peuple à l’assemblée. Seul prétendant à la contradiction, l’habituel suppôt des forces utopiques égalitaires se démène comme un diable pour conjurer le sinistre sort de tous temps réservé aux tenants de ces discours.

 

L’on me rapporte encore qu’une jeune donzelle, héritière d’une dynastie d’édiles locaux, tenta vainement de relever le flambeau abandonné par notre financier et de former l’esquisse d’un gouvernement local. Son initiative fût ruinée, à ce que l’on me dit, par les manœuvres menées en coulisses par de vieux compagnons d’Henri avides de préserver leurs privilèges.

 

Vous voyez comme je me préoccupe malgré mon éloignement des évènements qui animent l’actualité de notre village. Poursuivez, mon cher Scapin, la publication de vos fourberies qui me régalent et servent l’équilibre et la transparence des informations qui pourraient être données par les uns ou les autres.

 

Votre

 

François Marie

Repost 0

Présentation

  • : Le blog de Scapin
  • Le blog de Scapin
  • : Chronique villageoise de Chaponost
  • Contact

A vos claviers

Recherche

net e-tiquette


En raison des

responsabilités encourues
par le webmaster,
tout commentaire comportant
un lien hypertexte vers un
site extérieur à ce blog
sera retiré de la publication