Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 février 2008 5 15 /02 /février /2008 21:15


sondage.jpg

Après un week-end riche en coups de théâtre et en présentations de la part des deux listes en présence, la semaine fut plutôt pauvre en rebondissements.
 

On relèvera seulement que Pierre Ménard compléta mardi la photographie distribuée samedi de l’ordre dans lequel figureront ses colistiers sur les bulletins qui seront proposés dans trois semaines à nos suffrages. Comme nous nous y attendions, la quinzième place, non éligible en cas de défaite, généreusement accordée à Jean-Charles Kohlhaas témoigne des distances prises avec la couleur verte au profit de l’orangé qui se voit attribuer quelques strapontins mieux placés.

 

Cet évènement, pour important et symbolique qu’il soit, n’est pas de nature à nourrir notre imagination outre mesure en ce début de repos hebdomadaire.

 

Afin de combler notre vespéral manque d’inspiration qui ne saurait durer tout le week-end, et profitant de l’irruption pour la première fois à un niveau aussi développé des N.T.I.C. dans la campagne chaponoise, Scapin est heureux de vous proposer de participer, on line, à un sondage qui, si vous répondez nombreux, pourrait être révélateur de l’état de l’opinion de notre village et, qui sait, nous instruire sur les probables résultats du prochain scrutin.

 

Avec la collaboration de nos confrères du Figaro, nous vous proposons donc de rejoindre l’adresse suivante :

 
http://elections.lefigaro.fr/resultats/elections-municipales-2008/1er-tour/rhone/69630/chaponost/index.php
 


A vos souris !
Repost 0
Published by Scapin - dans Elections 2008
commenter cet article
10 février 2008 7 10 /02 /février /2008 18:23

Mon cher ami,

 undefined
 

Que me contez-vous là ? Sortant de la surprenante réserve dans laquelle il se claquemurait depuis le coup d’envoi du concours des échevins, Henri se serait enfin prononcé en faveur de l’un des prétendants à sa succession ?

 
 
 

Il est vrai, comme vous le soulignez à raison, qu’une présence manifestée lors d’une harangue publique n’équivaut pas à une proclamation urbi et orbi, mais tout de même ! Vous me confirmez de surcroît que le même Henri brilla par son absence aux ripailles organisées tantôt par le tenant de l’utopie qui lui manifesta naguère une opposition régulière aux projets qu’il entendait réaliser. Ceci ajouté à cela me semble clarifier l’eau de roche.

 
 
 
Je vous charge donc, mon cher Scapin, de transmettre à notre désormais futur ancien magistrat ma gratitude pour son attitude synonyme de fidélité à un collaborateur qui, pour ne pas avoir toujours fait preuve du respect le plus admirable à son égard, n’en incarne  pas moins une certaine continuité dans les valeurs qu’il défendait.

 

 
Votre,
 

François Marie

Repost 0
10 février 2008 7 10 /02 /février /2008 17:26

L’ambiance était bon enfant hier soir à partir de 18h30 salle socio-culturelle et changeait de la veille. Nous étions plus proches du buffet campagnardpatrouille.jpg que du brainstorming habituel en cette période électorale.

Pierre Ménard, chef de patrouille, présentait ses castors à une salle attentive bien que déjà dissipée suite à la concentration consacrée à un précédent débat et incommodée par la chaleur accumulée.

On nous avait annoncé l’officialisation d’une liste électorale, on ne nous a fourni qu’une photographie légendée prise dans le parc du Boulard d’un groupe constitué, comme chez les francs et franches camarades, sans aucune hiérarchie hors le chef, ce qui ne permet en aucune façon de spéculer et de déterminer les bénéficiaires des positions éligibles en cas de victoire comme de défaite. L’information eût pourtant présenté un certain intérêt et permis de juger des priorités accordées par le leader dans les orientations possibles de la future gouvernance municipale (PS, Verts, MoDem / PS, MoDem, Verts / etc…).

De programme il ne fut pas question, celui-ci ayant été débattu au sein des diverses commissions, multiples réunions « tupperware », débats thématiques, et e-communications ayant précédé la manifestation du jour.

Les vieux démons n’étant jamais éloignés, nous aurons retenu de l’intervention de l’un des orateurs dans le domaine budgétaire que l’on s’efforcerait de « ne pas toucher à l’impôt » mais que « l’on ne s’interdisait pas d’y toucher si nécessaire ».

Pour le reste, on s’est contenté, comme à la Star Ac, de dérouler le tapis rouge aux guest stars de la soirée, guettant à plusieurs reprises l’arrivée imminente de René Lambert, ci-devant maire socialiste de Francheville, qui jouait les arlésiennes, prisonnier sans doute d’un agenda surbooké, annonçant même l’arrivée possible de Roland Crimier qui s’était pourtant décommandé le matin même dans l’édition locale du Progrès.

Dans cette attente, Nous eûmes tout loisir d’écouter Guy Palluy, maire socialiste de Mornant et conseiller régional, nous exposer l’art d’animer une commune en réservant un lieu permettant à une famille turque de préparer un repas oriental offert à la population ou à une famille bretonne d’organiser des soirées crêpes.

Plus sérieusement, il nous exposa également avec sagesse les raisons de l’opposition de sa commune à la réalisation de la désormais célèbre pataugeoire communautaire. Comme quoi un élu rural, fut il socialiste, peut se montrer à certains égards plus sensé qu’un maire apolitique/MoDem de la périphérie lyonnaise.


René Lambert se faisant toujours attendre, l’on passa aux agapes et je dus, toujours sur ma faim à
maints égards, me retirer pour satisfaire à d’autres obligations.

Repost 0
Published by Scapin - dans Elections 2008
commenter cet article
9 février 2008 6 09 /02 /février /2008 16:39



Il y avait foule hier soir salle socio-culturelle et de qualité puisqu’on y côtoyait monsieur le maire ainsi que monsieur le député et madame, outre d’autres huiles de la municipalité sortante.

Jacques Gouttebarge présentait sa Dream Team et déclinait ses projets pour Chaponost devant une assemblée tout ouïe.

Remarquons de prime que le héros de la soirée, brillamment secondé à la technique par son cardinal de futur premier adjoint, fit montre d’un talent oratoire auquel le public chaponois n’avait plus accès depuis plusieurs mandatures. Ce sera là, s’il est élu, une première et flagrante différence par rapport au passé.

Quant au reste, les changements ne devraient pas non plus manquer. Rarement, de mémoire d’électeur, on n’entendit dans un programme la déclinaison d’un tel catalogue de projets et de promesses électorales. Il paraît évident que si J.G. est capable de réaliser tout ce qu’il annonce, nous vivrons très prochainement au paradis. C’est à se demander si, plutôt que de l’élire avenue maréchal Joffre, nous ne devrions pas plutôt l’envoyer rue du faubourg Saint Honoré auprès de notre hyper Président qui, ces jours ci, manque d’un bon conseiller en communication.

Qui parmi nous n’a jamais fait l’acquisition auprès d’un bonimenteur de foire d’un couteau épluche légume à tout faire, d’un presse purée sans effort ou d’une centrifugeuse miracle pour constater, de retour au logis, que le gadget ne fonctionne pas aussi bien que dans les mains de son promoteur ? Les promesses électorales sont ainsi faites, elles sont là pour attirer le chaland, c’est la loi du genre et aucun politique n’y échappe, d’un bord comme de l’autre.

Nous ne pouvons ici reprendre cet inventaire à la Prévert tant il allongerait ce billet jusqu’à le rendre indigeste. Nos lecteurs sont donc invités à prendre connaissance du détail de ce programme dans les écrits que ne manquera pas de publier l’impétrant.

Nous avons toutefois relevé quelques idées intéressantes, notamment dans la méthode prônée, en particulier celle qui consiste à recourir à des professionnels de l’audit ou du conseil extérieurs sur certains sujets. Personne n’est omniscient, surtout pas les élus et encore moins les personnels municipaux. L’idée de confier à un cabinet extérieur une mission d’évaluation de l’existant pour avoir une vision claire de l’état des finances municipales permettant, au final, d’aboutir à la construction d’une feuille de route est convaincante. Tout chef d’entreprise est habitué à cette démarche, pourquoi pas un maire ?

De même, l'idée de lancer un concours d’urbanisme portant sur un projet englobant le périmètre du grand centre du village est séduisante. La cohérence d’une vision extérieure indépendante des petits arrangements entre amis parfois pratiqués dans le passé ne pourra qu’éclairer les décisions de notre prochain exécutif municipal. Souhaitons cependant que le cabinet d’urbanisme retenu ne soit pas choisi parmi les copains d’Henri Loynet.

Tout discours a sa faiblesse, Scapin a relevé que le seul moment où Jacques Gouttebarge parut gêné dans son brillant exposé fût celui où il affirma que l’ouverture d’un supermarché de 900 m² ne créerait pas de concurrence pour les commerçants du village. Il fallait l’oser ! S’il est vrai que les banques et agences immobilières de l’avenue Paul Doumer n’ont effectivement rien à craindre de l’évènement, je serais curieux de connaître l’avis de monsieur et madame Fahy ou monsieur et madame Dupin, quant à la concurrence des rayons traiteur et boucherie du futur Shopi. Si notre candidat considère que nos couples de commerçants n’ont rien à craindre de la puissance des centrales d’achats du groupe Carrefour, je crains qu’il ne doive réviser sérieusement ses notions de techniques commerciales.

Il est encore temps, mon cher Jacques, de réviser et d’amender votre projet. L’abondance de vos propositions vous autorise à y apporter quelques coupes sans qu’il en soit appauvri à l’excès ni que vous perdiez la face.

Alors, mais alors seulement, je vous lancerai : « Salut, l’artiste ! »

Repost 0
Published by Scapin - dans Elections 2008
commenter cet article
9 février 2008 6 09 /02 /février /2008 14:01



undefinedAinsi la tentative de Pierre Ménard de mettre en scène le spectacle d’avant-garde que nous dénoncions samedi dernier n’aura pas atteint le stade de l’avant première ni même celui de la couturière. Cela évitera, au moins aujourd’hui, à notre canidat la pluie de tomates que nous lui prédisions tantôt.

Roland Crimier n’assurera donc pas sous les projecteurs de la salle socio-culturelle le rôle de bouffon et de caution orange qu’on voulait lui faire jouer. Le fringant maire MoDem de St Genis Laval et candidat à sa propre succession confie au quotidien Le Progrès de ce jour qu’en acceptant l’invitation de Pierre Ménard à sa réunion, il n’avait pas compris que celle ci serait suivie de la présentation d’une liste électorale. Nous nous autoriserons à nous interroger sur les capacités de lucidité politique de ce personnage et laisserons aux électeurs Saint-Genois le soin d'en juger.

En outre, nous n’aurons pas la prétention en constatant le dédit de Roland Crimier et le retrait de candidature de Michel Thiers relaté par le même numéro du Progrès d’y avoir contribué si peu que ce soit en publiant dimanche dernier notre recette de cuisine électorale. Nous préférerons considérer que l’un et l’autre auront été gagnés par la sagesse, à moins que tout ceci ne soit la conséquence d’un effet centrifuge de la pantalonnade MoDem qui diffuse à partir de l’épicentre lyonnais ?

Repost 0
Published by Scapin - dans Elections 2008
commenter cet article
7 février 2008 4 07 /02 /février /2008 18:37

bonnet-blanc.jpg

« Bonnet blanc, blanc bonnet ! » Ainsi Jacques Duclos, secrétaire général du PCF, prédécesseur et mentor de l’inénarrable Georges Marchais, renvoyait-il dos à dos Alain Poher et Georges Pompidou au second tour de l’élection présidentielle de 1969 qui faisait suite au départ du Général.

Nous ne commenterons pas plus avant pour l’heure les embryons de programmes de nos deux candidats publiés dans « Devant chez Vous », Béllérophon a déjà fait part de son analyse dans son commentaire du jour, mettant en exergue le peu de différences fondamentales entre les deux projets qui nous sont proposés. Tout au plus soulignerons nous quelques coups de cœur et coups de gueule que nous suggère la lecture de cette feuille locale.

Bravo à tous deux pour avoir établi un projet d’aménagement de la rue Chapard. Espérons qu’il ne passera pas aux oubliettes des promesses électorales non tenues comme nous y ont habitués les précédentes municipalités. Vive les navettes prônées par l’un et l’autre et surtout nos félicitations à Jacques Gouttebarge pour sa volonté exprimée de voir aboutir le dossier du contournement sud.

Honte à lui en revanche qui assassine les commerçants du haut du village d’un coup de supermarché dans le dos tout en clamant quelques lignes plus loin son attachement et son soutien au commerce local. Dénonçons également les utopies de Pierre Ménard en matière de découpage des grands logements ou de co-voiturage « Chapo-stop » ; il est vrai que le slogan est amusant et cela ne mange pas de pain.

Nos deux candidats réaliseront le musée du septennat ! Préparons nous en conséquence, pauvres contribuables que nous sommes, à mettre copieusement la main à la poche et à voir s’envoler encore le niveau d’endettement de la commune. Au surplus, aucun des deux prétendants ne nous dévoile ses intentions quant à la dévolution ou non de ce palais à la gloire d’Henri Fillon ; nous restons sur notre faim.

Au final, les similitudes des deux programmes nous ramènent à un choix moins entre deux étiquettes (plus le sous-marin orange) comme l’écrit Béllerophon qu’entre deux idéologies, l’une privilégiant le libéralisme et l’initiative individuelle, l’autre l’interventionnisme à tous crins et l’action par l’impôt. Le clivage est certes ancien mais toujours d’actualité.

Ainsi, si le « bonnet blanc, blanc bonnet » de Jacques Duclos pouvait paraître fondé dans le contexte de 1969, la réponse à la question posée par le titre du présent billet ne peut être affirmative en 2008.

Repost 0
Published by Scapin - dans Elections 2008
commenter cet article
3 février 2008 7 03 /02 /février /2008 17:23




A cinq semaines de la première salve de bulletin
s de vote, la place du marché bruissait ce matin d’échos électoraux de tous bords. Les lads des écuries municipales, assidus au service de leur poulain respectif, distribuaient à qui voulait, qui leur liste officielle, qui une invitation à une réunion publique destinée à officialiser leur liste. 
 

Quelle ne fut pas notre surprise de constater que l’invitation de Pierre Ménard à sa réunion du 9 février prochain, pourtant fraichement imprimée sur son habituel support vert s’était vue enrichie à la dernière minute d’un papillon blanc grossièrement agrafé annonçant à ladite réunion non seulement la présence naturellement complice de quelques caciques socialistes maires de communes avoisinantes mais encore celle de… Roland Crimier, ci-devant maire MoDem de Saint Genis Laval, notre grande voisine !
 

Nouveau coup de Théâtre dans la comédie chaponoise, et nouveau coup de chapeau au metteur en scène ! Ainsi le MoDem, qui représente bien peu aujourd’hui si l’on en juge par la pantalonnade lyonnaise, emboîte le pas au ralliement de Jacqueline Bourgeat que nous dénoncions hier dans ces pages et parraine la liste socialiste. 

Ne nous réjouissons pas de cette triste bouffonnerie. Il est en effet beaucoup à craindre que Chaponost soit une nouvelle fois victime de petits arrangements entre amis et d’une tambouille électorale qui nous dépasse.
 

 Notre député UMP, Christophe Guilloteau, dont le suppléant à l’assemblée n’est autre qu’Etienne Fillot, par ailleurs premier adjoint UMP et challenger de Roland Crimier, sollicite nos suffrages au prochain scrutin cantonal. Il a l’outrecuidance de vouloir déposséder de son fauteuil Michel Thiers, ancien maire de Brignais et actuel vice Président MoDem du conseil général qui, à 75 ans, se verrait bien rempiler pour six ans si ce jeune blanc bec de Guilloteau ne jouait les oiseaux de malheur en voulant, tel un coucou, squatter son nid. Vous suivez ?

Contre une paisible retraite à l’hotel du département, Michel Thiers aurait bien laissé, à Chaponost, la voie libre à la candidature de Jacques Gouttebarge, poulain de Guilloteau, voire aurait pu la soutenir. Oui mais voilà, lors d’une récente cérémonie des vœux, notre jeune et vaillant député non seulement confirmait sa ferme volonté d’accéder aux fonctions de conseiller général mais encore s’autorisait à critiquer sévèrement et à mots à peine voilés l’inaction passée de Michel Thiers et son manque de qualité pour occuper ce poste. Vous suivez toujours ?

De là sommes nous en droit de supputer que l’appétit féroce et les dents longues du jeune Christophe qui, rappelons le, n’a jamais été élu député mais seulement réélu, Beau Papa lui ayant fait cadeau en cours de mandat de son beau siège à l’assemblée, ont considérablement irrité le vieux lion du département qui, se voyant menacé, lâche ses troupes sus à l’ambitieux jeune homme. Vous suivez encore ?

Dernier acte, Crimier, pris en tenaille entre Guilloteau et Fillot, et pour venger son ami Thiers, rejoint Bourgeat dans le soutien à Ménard avec l’espoir de favoriser ainsi la chute de Gouttebarge, champion de Guilloteau. C.Q.F.D.

Un peu compliqué, le raisonnement ? Je le reconnais bien volontiers. La pression qui monte sur la place du marché a dû, c’est évident, me monter à la tête et embuer mes méninges. Chacun sait que les hommes politiques, tout impliqués qu’ils sont au service de leurs concitoyens, sont incapables de manigancer des coups aussi tordus et une telle duplicité ne peut résulter que de l’imagination débordante et d’une nouvelle fourberie de ce fieffé Scapin.

Repost 0
Published by Scapin - dans Elections 2008
commenter cet article
2 février 2008 6 02 /02 /février /2008 09:08

L’actualité me pousse ce jour d’hui à tenter un exercice consistant à me mettre dans la peau de François Hollande, ce qu’à Dieu ne plaise, lorsqu’il apprit la défection de Bernard Kouchner, ou plus exactement, dans celle de François Bayrou, le ciel m’en préserve aussi, prenant connaissance de celle de Jean Marie Cavada. La difficulté de l’exercice, c’est que Jacqueline Bourgeat ne possède ni la stature de Kouchner, ni le brio de Cavada.

La première adjointe en place avait déjà proposé ses services de mentor à la jeune pré-candidate qu’évoqua dans ces pages notre ami François Marie, y mettant toute son énergie pour contrer les velléités de son collègue adjoint à la culture avec une réelle hostilité déclarée à son égard. Son insistance d’alors pour pratiquer, sans l’afficher toutefois, un franc militantisme MoDem écourta ce coaching et acheva de torpiller un embryon de projet déjà bien mal en point.

Ahaswerus.jpg

Poursuivant, telle Ahaswerus, son errance au sein du Paysage Politique Chaponois, elle rejoint aujourd’hui les groupies de Pierre Ménard, signant dans sa feuille de chou un article vide de sens mais symbolique du soutien apporté et de son rêve de fournir, si possible, sa contribution à un improbable échec de Jacques Gouttebarge.
 

Ainsi Pierre Ménard rejoint la rhétorique de mon maître sur la comparaison de la politique et de la comédie. En bon metteur en scène, il organise ce (mini)coup de théâtre dans le but à peine voilé de teinter d’un peu plus d’orange sa rose candidature. Le problème est que lorsque l’on se lance sur les planches dans une production d’avant-garde, on n’est jamais sûr de l’accueil du public.

Le rideau pourrait bien tomber sur une pluie de tomates.

 

NDLR : Scapin n’est pas seul à ironiser sur le micro-tsunami qui fait frémir les frondaisons du PPC. On consultera avec intérêt le commentaire de Bellérophon sur le sujet.

Repost 0
Published by Scapin - dans Elections 2008
commenter cet article
1 février 2008 5 01 /02 /février /2008 17:44

« I wantMaggie.jpg my money back ! » clamait Madame Thatcher à qui voulait l’entendre lorsque, entre 1979 et 1990, elle négociait avec l’âpreté que nous lui connaissons le montant du chèque de contribution britannique au budget communautaire. Ce faisant, « Iron woman » appliquait en politique publique un concept basique de gestion d’entreprise que tout manager privé cultive naturellement sauf à se voir rapidement sanctionné au mieux par ses actionnaires, au pis par le tribunal de commerce, je veux parler du retour sur investissement.

Aurions-nous trouvé notre dame de fer en la personne de madame Galera ? 

Toujours est-il que les dernières lignes de sa récente contribution au blog de Jacques Gouttebarge peuvent nous le laisser espérer. Applaudissons donc sa volonté de fermeté dans les relations avec les institutions et collectivités locales, en particulier avec la CCVG ! Il serait anormal en effet que Chaponost n’exerce une influence ni ne soit payé en retour au moins à proportion de son poids démographique et économique dans cette communauté s’agissant des domaines de compétence à elle délégués. La coupable docilité passée de nos représentants face à la toute puissance de notre voisine Brignais et au lobbying des trois petites communes n’est plus de mise. Nous vous soutiendrons, madame, dans vos propositions en ce sens, nous notons également et ne manquerons pas de vous le rappeler à l’occasion que vous n’hésiterez pas, telle Maggie, à vous opposer si nécessaire.

Il va de soi, et nous en sommes conscients, qu’en matière publique, la rentabilité d’un investissement ne se mesure pas exclusivement en termes financiers mais nous comptons sur la vigilance d’élus qui, comme madame Valera, savent ce que sont un compte de résultat et un plan de financement équilibrés pour veiller à ne pas creuser de déficits insupportables ni charger encore un endettement par trop excessif.

Nous attendons notamment des positions précises sur quelques sujets déjà abordés dans nos feuillets et qui risquent de coûter fort cher sans espoir de retour :

-          L’agrandissement du palais communal,

-          Le musée Berthelot du septennat,

-          La pataugeoire de la CCVG…

De même, des propositions concrètes sur des réalisations indispensables telles que le contournement sud ou l’aménagement de l’ilot Chapard seraient les bienvenues.

Et rappelez vous toujours :

 
We want our money back !
Repost 0
Published by Scapin - dans Elections 2008
commenter cet article
30 janvier 2008 3 30 /01 /janvier /2008 18:22

Nous attendions tous les castings et voilà que la période des défilés commence, dans nos boîtes aux lettres faute de podium plus sexy. Comme il est d’usage chez les commentateurs avertis de déceler dans ces manifestations les tendances de la saison prochaine, risquons nous à une analyse du premier des deux évènements attendus, le défilé de la maison "Chaponost en action ".

d--fil---1.jpg


Je n’ai pas caché jusqu’ici ma préoccupation pou
r le passage de témoin aux jeunes générations qui devrait selon moi influencer les créateurs de mode. Sur ce chapitre, les top-models de Jacques Gouttebarge affichent une moyenne d’âge de 54 ans. Nous ne sommes pas dans la prime jeunesse mais, après tout, les retraités sont plus disponibles que les forces vives pour consacrer leur temps au bénévolat municipal. Si l’on s’attache plus en détail à un examen statistique, on constate que l’âge moyen évolue de 60 ans pour le premier quartile à 49 ans pour le dernier, en passant par 54 et 52 ans respectivement pour les deuxième et troisième quartiles(1). Force est de constater que les jeunes sont relégués en fin de liste, ce qui laisse mal augurer de la considération des séniors pour les juniors dans le futur partage des pouvoirs. On déplorera de surcroît l’absence totale de candidats de moins de trente ans, la possibilité existait pourtant, même parmi les militants chaponois de l’UMP.

Du point de vue de la parité, très à la mode depuis plusieurs saisons, rien à redire : 14 femmes, 15 hommes; A l’exception de la deuxième position occupée par le Mazarin du Gilbertin immédiatement après notre mâle candidat, l’alternance des sexes est de rigueur dans la composition de la liste. On y trouve même l’une de nos plus fidèles lectrices en la personne de Falbala, alias fourmi laborieuse, alias Alphée.

On observe encore une juste répartition entre habitants des divers quartiers de notre village ainsi qu’entre candidats sortants et entrants de et dans l’équipe municipale. Au surplus, le monde de l’entreprise est copieusement représenté ce qui devrait nous laisser entrevoir une souhaitable sagecocktail-JG.JPGsse dans la gestion de nos deniers (sauf à ce que les « responsables financiers » à la retraite n’aient exercé auparavant des fonctions de trader à la Société Générale).

Au final, la collection Printemps 2008 de monsieur Gouttebarge s’inscrit dans une tendance néo conservatrice dont on peut penser qu’elle séduira l’électeur chaponois, naturellement peu porté vers l’aventure de gauche, par la touche de nouveauté qu’elle ajoute à un classicisme de bon aloi. Tout au plus pourrons nous gratifier ce casting d’une mention « aurait pu mieux faire », en particulier quant au peu de place concédé à la jeunesse.

Nous attendons désormais avec impatience le défilé de la maison « ensemble et autrement » qui laisse toujours planer le mystère sur la présentation de sa collection ; est-ce une stratégie délibérée ? On murmure toutefois dans les milieux avertis que si la couleur rose en demeurera la dominante, la couleur verte se ferait plus discrète, cédant le pas à une nuance orangée.


(1) pour la commodité des calculs, nous avons raisonné sur une liste de 28 noms (division par quatre oblige), la 29ème position étant par tradition dévolue à un candidat ne souhaitant surtout pas être élu.

Repost 0
Published by Scapin - dans Elections 2008
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Scapin
  • Le blog de Scapin
  • : Chronique villageoise de Chaponost
  • Contact

A vos claviers

Recherche

net e-tiquette


En raison des

responsabilités encourues
par le webmaster,
tout commentaire comportant
un lien hypertexte vers un
site extérieur à ce blog
sera retiré de la publication