Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
28 février 2012 2 28 /02 /février /2012 15:33

 

 

SYTRAL BRINDAS - copieBrindas/Chaponost, même combat ? Une alliance de la majorité présidentielle et de la gauche plurielle pour améliorer la qualité des transports dans l’Ouest lyonnais ? Brindas/Perrache via Chaponost ? Thurins/Oullins-métro via Brindas et Chaponost ? Et tout cela dès le début 2013 ?

 

Nous livrons à la sagacité de nos lecteurs, à titre de pièces à conviction, les deux articles que nos confrères ont consacrés en début de mois à l’initiative qu’ont prise les élus de Brindas, au risque de semer le trouble au sein de la CCVL.

 

La question des transports en commun n’est pas nouvelle et agite le PPC depuis la disparition de la ligne 14 du tramway en 1938 ! L’équipe de Pierre Menard a récemment tenté d’y répondre en créant un service de navettes pour un coût annuel estimé de 150 K€, mais celles ci demeurent désespérément vides comme tout un chacun peut le constater à leur passage.

 

Nos voisins de Brindas ont voté l’adhésion de leur commune au SYTRAL avec pour objectif  principal de conserver leur ligne 73 et dans l’espoir de s’en voir attribuer d’autres dont deux transiteraient par Chaponost pour rejoindre Oullins-métro et Lyon-Perrache. Il en coûterait à nos amis brindasiens une contribution annuelle de 120 K€, outre un prélèvement transports de 1,8% à la charge des entreprises, selon nos confrères du Progrès.

 SYTRAL BRINDAS V

Est-il indispensable de précipiter à ce point une décision d’adhésion qui ne s’impose pas à nous avec la même urgence qu’à nos voisins qui risquent quant à eux de perdre une ligne existante ? D’autant que des solutions de substitution peut-être moins onéreuses peuvent être examinées dans le cadre de l’intercommunalité, par les adhérents de la Vallée du Garon comme par ceux des Vallons du Lyonnais.

 

A moins que Pierre Menard ne poursuive d’autres objectifs, moins avouables et plus personnels ?

 

 


Repost 0
Published by Scapin - dans Transports
commenter cet article
27 février 2012 1 27 /02 /février /2012 16:54

 

 

bhommage lige

 

Ainsi, avant même que le conseil communautaire de la CCVG ne débatte et ne se prononce demain sur le transfert de la compétence « transport » des Communes adhérentes à la Communauté de Communes, notre maire tente le passage en force et propose à l’ordre du jour du conseil municipal du 1er mars une délibération actant l’adhésion de Chaponost au SYTRAL (le dossier sera rapporté par l'inénarrable François Pillard).

 

Bel exemple de solidarité communautaire qui laisse bien augurer de l’avenir ! Nous savons bien que Pierre Menard est idéologiquement soumis à l'attraction du Grand Lyon de son copain Collomb, à l’ombre de la région de son compère Queyranne, d’autant que l’un ou l’autre, ou l’un et l’autre, sera(ont) peut être bientôt ministre(s) et pourrait(ent) jouer un rôle de protecteur(s) de l'apprenti député en herbe socialiste de la 10ème  circonscription du Rhône, ce qu'à Dieu ne plaise.

 

Dès lors, rendre l’hommage lige à de tels suzerains en adhérant à leur apanage sans se soucier de l’intérêt des serfs et vilains taillables et corvéables à merci ne saurait qu’être de bonne et prudente administration pour la carrière de notre petit vassal.

 

A quand l’adhésion au Grand Lyon qui fera exploser la CCVG ?

 

 


Repost 0
Published by Scapin - dans Transports
commenter cet article
20 février 2012 1 20 /02 /février /2012 11:29

 

                                Histoire d'en rire

 

Les traces des engins ne sont pas encore effacées qui témoignent du viol de la mémoire de nos morts par des profanateurs de sépultures que l’ironie de la Dircom de la mairie affiche une nouvelle fois avec quelle légèreté elle traite de sujets graves, le respect des cimetières en est un.


Entendons-nous bien, les recherches archéologiques préliminaires sont indispensables lorsqu’un chantier important se prépare, en particulier lorsque cette opération doit être menée en un lieu que l’on sait riche en vestiges gallo-romains ou médiévaux. Dans notre cas, tout un chacun connaissait l’existence d’un ancien cimetière et des ruines du château sous la place de l’église. Il eût par conséquent été pour le moins habile de la part de nos élus  de recommander aux entreprises commises de veiller à ne pas exposer ostensiblement les restes humains qui ne manqueraient pas d’être mis à jour lors des fouilles.


De telles précautions auraient évité de choquer la sensibilité de nombre de nos concitoyens dont Gilbert Pradel se fait le porte-parole en criant son émotion dans une tribune libre publiée par nos confrères de Ligne d’Avenir.


Au surplus on aurait pu être mieux inspiré et faire l’économie de cette affiche racoleuse - « histoires d’en rire » - qui, les excavations à peine comblées, nous paraît à tout le moins déplacée en ces circonstances.

 

                                 Progrès 2012.02.10


Repost 0
Published by Scapin - dans Politique locale
commenter cet article
12 février 2012 7 12 /02 /février /2012 19:56

 

 

Progres centralitéFaute de faire couler le béton, cela viendra bien assez tôt, le palais Menard fait déjà couler beaucoup d’encre.

 

Après avoir rendu compte des récentes déconvenues des conscrits de la classe en 9, nos confrères du Progrès dans leur édition du 5 février relatent la houleuse réunion organisée tantôt par la mairie en salle du conseil pour commenter le fameux projet dit du « centre bourg » qui inclut ledit palais dans son périmètre. Ils témoignent surtout de l’opposition manifestée par une majorité (sic) de participants et de l’autisme dont continue de faire preuve le locataire de l’hôtel de ville dont le bail, rappelons le, échoit dans deux ans. Aveugle en ignorant la pétition signée par plus de huit cents de ses administrés, sourd aux griefs présentés au cours de cette réunion publique, Pierre Menard restera-t-il longtemps muet devant les récriminations qui fusent de toute part à l’encontre de son projet pharaonique et auto-glorifiant ?

 

De grâce, monsieur le maire, il est encore temps de tout arrêter et de reconnaître vos erreurs !  Ce courage vous honorerait. Votre entêtement à vouloir coûte que coûte conduire à son terme  un projet mal ficelé finira mal, pour vous, ce qui somme toute nous importe peu, comme malheureusement, et cela est plus regrettable, pour vos administrés qui devront, au bout du bout, en payer les pots cassés.

 

 

aveugle--sourd-muet.jpg

Repost 0
Published by Scapin - dans Centre culturel
commenter cet article
6 février 2012 1 06 /02 /février /2012 18:44

 

 

 

Progres classes en 9-copie-1Tout maire qui se respecte, et un socialiste plus qu’un autre, se doit d’être protecteur des associations qui animent la vie de sa commune. Il semble bien que le nôtre ne soit pas de ceux-là.

 

Les classes en 9 ont malheureusement fait les frais, au frais qui plus est, du mépris avec lequel Pierre Menard traite les associations lorsqu’il s’agit par ailleurs de faire place à sa mégalomanie architecturale. Nos pauvres conscrits, qui avaient prévu l’autre dimanche de régaler d’une matinée cochonnaille la foule chaponoise sur la place de l’église se sont vus, chantier du maire oblige, exilés d’autorité sur le parking du gymnase par un oukase bien tardif puisque notifié trois jours seulement avant la manifestation.

 

Les conséquences pour nos joyeux drilles furent dramatiques : une fréquentation quasi nulle de leur étal et une recette à l’avenant qui pourrait mettre en péril leurs prévisions budgétaires. Encore ne comptons-nous pas le gâchis des victuailles invendues ! Et pourtant, tout est bon dans le cochon !

 

Croix de bois, croix de fer, nos amis des classes en 9 sauront se rappeler à l’occasion au bon souvenir de notre despote si peu éclairé, cochon qui s’en dédit !

 

 

cochon

 

 

 

Repost 0
Published by Scapin - dans Centre culturel
commenter cet article
29 janvier 2012 7 29 /01 /janvier /2012 18:12

 

Menard2-copie-1.JPG

 

Oyez, oyez, oyez braves gens ! Le grand chantier du mandat de Pierre Ier vient d’être inauguré sur la place de l’église. Le grand œuvre d’icelui débute par des trous dans la place avant de s’achever probablement, ce qu’à Dieu ne plaise,  dans quelques mois par un gouffre abyssal dans le budget de notre commune.


2012.01.29.1

 

Nous n’en sommes pour l’heure qu’aux petits désagréments collatéraux du pharaonique projet mais les ennuis ne font que commencer. Mon maître ouït tantôt lors d’une récente foire aux élus une conseillère municipale expliquer doctement à un quidam qui avait l’outrecuidance de demander comment l’on circulerait durant les travaux de dévoiement que, tout bonnement, « on se débrouillerait » (sic).


 Devant une telle impéritie manifestée par une élue dont nous voulons croire qu’elle avait été briefée et mandatée par son leader pour prêcher la bonne parole menardienne auprès du bon peuple chaponois, nous sommes en droit de nous inquiéter quant au déroulement de ce titanesque chantier.


 Aussi, la rédaction de notre blog inaugure-t-elle aujourd’hui une série de reportages illustrés qui, regroupés sous une rubrique dédiée, accompagneront la construction de ce temple de la culture érigé à  la plus grande gloire de notre guide.


 Ainsi, pauvres manants que nous sommes, pourrons-nous juger sur pièces des folies néostaliniennes du prince.


 

2012.01.29.2

 

Repost 0
1 janvier 2012 7 01 /01 /janvier /2012 20:50

 


  
Ou plutôt, chacun son métier !


Que l’on ne se méprenne pas. Lorsqu’il commentait à sa manière le psychodrame du conseil municipal du 14 décembre, Scapin  n’entendait en aucune façon prôner une poursuite de la délégation du service public de restauration, qu’elle soit seulement scolaire ou élargie à d'autres domaines, à l‘Amicale laïque plutôt que la « municipalisation » dudit service.


Lorsque les chaponois ont porté Pierre Menard à la mairie, ils ont voulu élire un maire, pas un chef de cuisine, de même qu’en 1981, nous avions élu un Président de la République, pas un PDG de banques, d’entreprises sidérurgiques ou de multinationales de l’aluminium ou du pétrole. Nous savons du reste où cette confusion des genres nous a menés : un rude plan d’austérité à peine deux ans après le printemps de la rose et une considérable perte de compétitivité pour les entreprises nationales mal gérées par les têtes d’œuf socialistes de la rue de Rivoli.


En toutes choses il convient de faire confiance au professionnalisme et aux compétences de ceux qui maitrisent leur métier. De même qu’on ne demandera jamais à un directeur régional de la SODEXO d’animer une équipe de police municipale ou d’instruire une demande de permis de construire, il serait ridicule de demander à un politicien local  n’ayant aucune compétence en la matière de conduire une brigade de chefs, de seconds et de commis de cuisine collective.


                                   images 3                                                 
   


A vouloir tout faire, on fera tout mal ! Alors qu'il existe une troisième voie: le recours à une procédure transparente et régulière d’appel d’offre au secteur privé qui nous assurerait, en tant que parents comme en tant que contribuables, d’un service conforme au cahier des charges souhaité rendu au prix le mieux disant ; A contrario, l’intégration décidée de la cuisine centrale dans la nébuleuse des services de la mairie sera de nature à favoriser l’opacité cultivée en tous domaines par la bande à Menard. Ceci d’autant que l’élargissement souhaité de son domaine d’intervention constitue un élément non négligeable de complexité accrue du métier exercé ; Nourrir des personnes âgées pensionnaires de la Dimerie ou dépendantes à domicile n’est en effet pas du tout la même chose  qu’assurer une diététique équilibrée à de jeunes écoliers.


                                      images                         
 
 


 

Repost 0
Published by Scapin - dans Politique locale
commenter cet article
31 décembre 2011 6 31 /12 /décembre /2011 15:17



Pierre-MENARD.jpgAinsi nous voici de retour en 1981, trente ans en arMauroyrière au temps béni des nationalisations ! Un Pierre chasse l’autre et si Menard n’est pas Mauroy, il s’apprête à chausser les pantoufles de Gros Quinquin pour nous rejouer un air de « bienvenue chez les chtis ».

 

 

Bien peu d’entre nous ont été informés de la décision prise au forceps et, comme par hasard, en fin de séance du dernier conseil municipal de « municipaliser » la cuisine centrale jusqu’à présent  exclusivement affectée au service de la restauration scolaire de notre commune. Celle ci est depuis 2003 gérée par l’amicale laïque présidée par Robert Busseret  dans le cadre d’une délégation de service public aux termes d’un contrat de 9 ans qui arrivera à son terme en juillet 2012. Cette gestion était plutôt satisfaisante en dépit de coupables attitudes discriminatoires, hostiles et pénalisantes pour les écoles privées.

 

Monsieur le Maire se voit déjà en maître-queue suprême de la coBocusemmune, pourvoyant aux besoins alimentaires non seulement de nos charmantes petites  têtes blondes, mais aussi des pensionnaires de la Dimerie, mais encore des bénéficiaires du portage à domicile ! il s’érige ainsi en nouveau « Primat des gueules ». Pour ce faire, il n’hésite pas à gonfler encore les effectifs municipaux en recrutant les personnels de la cuisine centrale, quitte, comble pour un élu socialiste, à réduire d’autorité et sans aucune négociation collective leurs rémunérations pour les intégrer dans la grille de la fonction publique territoriale.

 

Robert Bussseret, que l’on ne peut taxer d’opposition primaire eu égard à ses très anciennes convictions socialistes, eut beau s’exprimer, au cours d’une intervention pathétique lors d’une interruption des débats du conseil, il fut renvoyé sans ménagement dans ses vingt deux par un Ménard triomphant, fort du soutien unanime de son équipe de godillots, une réédition en quelque sorte des ides de Mars qui virent Brutus poignarder César dans le dos.  « Tu quoque mi fili ».

 

Lettre de Mr BUSSERET 2 001Non contents de l’humiliation publique infligée au vieux routier de la SFIO, Menard et sa bande s’empressèrent de porter l’estocade finale en signifiant le diktat aux familles des écoles par un trac t diffusé au soir des vacances scolaires, histoire de couper court à toute discussion et de ne laisser au pauvre Robert que le dernier et  pitoyable recours de manifester son amertume par un mail voué à la cyber-corbeille.

 

 

 

 

Voilà un bien bel exemple de démocratie participative à mettre à l’actif d’un petit Quinquin qui n’arrive pas à la cheville du gros qui, lui, était maître en cuisine au moins électorale !

 

 

 


Repost 0
Published by Scapin - dans Politique locale
commenter cet article
8 décembre 2011 4 08 /12 /décembre /2011 20:47

 

 

Telle l’ouïe de l’oie de Louis dans l’hilarante conjugaison du verbe ouïr par le regretté Raymond Devos, l’oreille de notre fourbe valet ne l’avait pas trompé. Notre confrère le Progrès du 3 décembre 2011 nous confirme que Pierre Menard a reçu l’onction du parti à la rose pour une candidature aux élections législatives de 2012.

 

 

 PROGRES DU 3 DECEMBRE 001

 

 

 

 

Christophe Guilloteau a intérêt à numéroter ses abattis ; Les quenottes de notre édile sont affutées au point de rayer le parquet des palais de la république qu’il s’est habitué à hanter depuis son élection à la mairie. Il vise désormais les lambris du palais Bourbon ! Rien ne l’arrêtera !

 

Une autre qui va devoir se méfier, c’est Florence Perrin ! Pierre n’est en effet pas homme à se satisfaire longtemps du rôle effacé de suppléant et, s’inspirant sans vergogne de l’exemplaire destin connu avant lui par son adversaire Guilloteau, notre vizir Iznogoud ne tardera pas à manœuvrer pour évincer la belle tant il ambitionne de devenir par tous les moyens calife à la place du calife.  

 

  Iznogoud intro

 

 


Repost 0
Published by Scapin - dans Politique locale
commenter cet article
4 décembre 2011 7 04 /12 /décembre /2011 17:52

 

 

 

 

Médiathèque2

 

 

 

A première vue, cela semble plutôt réussi et le bâtiment, qui pourrait rappeler un marché couvert, s’intègre a priori assez bien dans l’environnement de la place centrale du village. Il est vrai que nous sommes loin de la salle de spectacles de sept cents places et des quinze mètres de hauteur du projet originel ! Il est permis de croire que l’opposition manifestée par nos confrères de Ligne Droite et les huit cents signataires de la pétition a eu une influence bénéfique dans ce dimensionnement plus raisonnable.

 

Il est néanmoins également permis de continuer à s’interroger sur l’utilité de ce centre culturel, au moins quant à son lieu d’implantation et, surtout, quant à son coût global de réalisation en cette période de crise qui ne devrait pas inciter nos élus à gaspiller les deniers publics.

 

En effet,

  • - A qui fera-t-on croire que la construction de cet ouvrage édifié sur de tels dénivelés ne coûtera que 3,12 millions d’€uros ? On attend des subventions à hauteur de un million d’€uros. Sont-elles comprises dans les trois millions, ou couvrent-elles un coût supplémentaire ? A-t-on prévu les dépassements de programme classiques à hauteur d’au moins 30 % dans ce type d’investissement public ?
  • - A combien s’élèvent les coûts collatéraux du dévoiement de l’avenue, du réaménagement de la place du marché et de la placette, de la restructuration de l'actuelle médiathèque pour accueillir l'école de musique... ? A l’évidence, ils ne nous sont pas communiqués. On nous dit que le financement de la voirie et des places sera en grande partie assuré par la CCVG mais qui alimente le budget de la CCVG sinon la contribution de cel ui de Chaponost ?Repertoire-3 0024
  • - De même, combien la commune dev  ra -t -elle engager pour indemniser l’expropriation de la « maison de l’esthéticienne » dont on pourra accessoirement regretter la démolition ? (cette bâtisse ne présente certes pas un grand intérêt architectural mais elle dégage un certain charme là où elle est implantée.) En sus de la propriété foncière, il sera en effet nécessaire d’indem niser l’expropriation du fonds de commerce qu’elle abrite et l’on sait qu’en la matière les sommes peuvent atteindre plusieurs années de chiffre d’affaires ! Gageons que notre esthéticienne saura utilement recourir aux avisés conseils d’un bon avocat pour faire monter les enchères.
  • - On nous informe que la médiathèque abritera en sous-sol un parking de vingt places. Vaste programme ! Alors qu’un tel équipement nécessite de nombreux emplacements de stationnement ! Surtout lorsque l’on sait que sur ces vingt places, cinq seront réservées aux propriétaires privés des emplacements situés derrière l’actuelle salle socioculturelle qui ne pourront plus accéder en voiture à leur propriété. Au demeurant, l'aménagement de la placette supprimera plus de vingt places de stationnement !
  • - A-t-on pris la précaution de prévoir un arrêt du chantier et son inévitable coût induit si la DRAC impose des fouilles de longue durée lorsque les vestiges du château seront mis à jour ?

 

Grâce à Dieu, il semble que nous ayons échappé à l’intromission d’Olivier Martel dans la conception du projet ; Nous aurions surement dû en supporter les lourdes conséquences financières avec le surcoût d’une toiture photovoltaïque, l’édification d’une éolienne et, pourquoi pas, la construction d’une microcentrale hydroélectrique sur le Merdanson, le tout pour assurer, à grands frais et déficits, l’autonomie énergétique de l’édifice.


 

Médiathèque3

 

 

 

Au plan des coûts de fonctionnement, il n’aura échappé à personne que les plans publiés par la mairie réservent des bureaux administratifs devant loger, outre un directeur, six agents répartis en deux bureaux de trois postes. Sept personnes pour faire fonctionner le palais Menard !

 

Diable ! On ne se refuse rien en Ménardie !

 

 

 

 

 


Repost 0
Published by Scapin - dans Centre culturel
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Scapin
  • Le blog de Scapin
  • : Chronique villageoise de Chaponost
  • Contact

A vos claviers

Recherche

net e-tiquette


En raison des

responsabilités encourues
par le webmaster,
tout commentaire comportant
un lien hypertexte vers un
site extérieur à ce blog
sera retiré de la publication