Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
20 août 2011 6 20 /08 /août /2011 14:31

 

Sacrifiant en ce caniculaire mois d'août à une tradition désormais bien ancrée chez la plupart de nos confrères de la presse écrite, le Chaponois libéré entame aujourd'hui la publication d'une série de jeux de l'été destinés à divertir nos lecteurs accablés par l'étouffante chaleur ambiante.

 

Premier de la série, un petit exercice de bench-marking de voisinage:

 


 

LE JEU DES RONDS-POINTS ou CHERCHEZ L'ERREUR

 

 

 


 

 

 

Repertoire-3 0003

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repertoire-3 0005

Repertoire-3 0010

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repertoire-3 0008

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

Repertoire-3 0012

 

 

 

 

 

 

 

r-pertoire-2_0029.jpg

Repertoire-3 0014

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

Les gagnants pourront déposer une demande en mairie afin de se faire offrir par Pierre Menard une des fleurs qu'il n'a pas plantées sur les ronds points de notre village. 

 


 


 

 

Repost 0
24 avril 2011 7 24 /04 /avril /2011 08:14

 

 

Canard.jpgDécernée solennellement « au nom de la démocratie » à Pierre Menard pour avoir, au cours des célébrations de la mi-mandat et par bouffon interposé au nom de la même démocratie, interdit de parole les commerçants de Chaponost venus exprimer leur colère et leur frustration devant l’autisme menardien.


 

Nous proposerons ainsi au service de propagande municipale d’intégrer une nouvelle définition dans l’abécédaire récemment publié dans Chap’info :


 

Démocratie (« au nom de la »)

 

Nouvelle technique de censure pratiquée par l’équipe municipale à l’encontre de toute velléité de contestation de l’action du maire qui après avoir organisé un simulacre de démocratie participative décide qu’il n’en a rien à f….. puisque la démocratie représentative, c'est-à-dire lui, est au dessus de tout.

 

 


Repost 0
23 avril 2011 6 23 /04 /avril /2011 10:48

r-pertoire-2_0029.jpg

 

 

 

Nous avions déjà remarqué depuis le début du mandat de Pierre Menard que l’embellissement floral de notre village avait une nette tendance à se dégrader de saison en saison.

 

 

Aujourd’hui, c’est à un enterrement de première classe de la politique chaponoise de fleurissement menée de longue date pour l’agrément du plus grand nombre par les équipes municipales successivestentation milou 2 que nous convie notre maire, probablement poussé par son âme damnée du d éveloppement durable. Nous savons bien qu’Olivier Martel, tel Charles son illustre homonyme menant sus aux Sarrazins, conduit le djihad contre toute amélioration humaine du milieu naturel. Si nous le suivons, nous irons bientôt tous à pied vêtus de peaux de bêtes et vivrons de pêche, de chasse et de cueillette, sauf peut-être lui-même qui continue à polluer notre atmosphère au volant de son gros diesel de fonction fourni par le Grand Lyon.


 

montée gareIl est temps que « la nature reprenne le dessus », nous dit-on ? Est-ce une raison pour promouvoir la prolifération d’une flore, ambroisie ou autre, dont nous savons qu’elle n’est pas toujours la meilleure amie de l’homme, en particulier des allergiques.


 

Qu’on nous prépare un nouveau coran sous forme d’agendas 21, 22, 23 ou même 2014, nous regretterons pour notre part le réel plaisir que nous procurait la vision d’un village fleuri. Nous suggérerons au demeurant au mollah Martel de proposer au prochain conseil une motion destinée à retirer des panneaux d’entrée dans notre cité celui célébrant une couronne que nos élus ne souhaitent plus porter.


  village fleuri

 

 


Repost 0
Published by Scapin - dans Environnement
commenter cet article
17 avril 2011 7 17 /04 /avril /2011 12:46

 accident voiture cycliste

 

 

 

Après être parti en guerre contre les automobilisChapard 4 tes à l’aide d’indigestes potions culinaires empoisonnées, l’ineffable Geron frappe encore et décrète la peine de mort à l’encontre des cyclistes chaponois ! 

 

Histoire sans doute d'amortir le coût de son pochoir et de son pot de peinture blanche tout neufs,  notre 5ème adjoint, chargé des travaux, voirie et bâtiments vient de faire tracer, rue Chapard 5Chapard, à contresens de la circulation automobile, et dans celui de la descente (!), une autorisation donnée aux cyclistes de se laisser aller vers une mort programmée ! Cette voie fait décidément couler beaucoup d’encre ! Alors que, pour de soi-disant et injustifiées raisons de sécurité, le même adjoint interdit d’y tourner à droite depuis la place de l’église, il envoie au casse-pipe toute une population vélocipédique dont nous savons qu’elle est en grande partie composée d’enfantsChapard 3

e t   d’a dolescents.

 

Nous laisserons à nos lecteurs le soin de juger de la pertinence de cette nouvelle géronnerie en observant les clichés illustrant le présent billet : impossibilité de croiser une voiture montante compte tenu de l’étroitesse de la voie, impossibilité de rouler sur la « piste » qui empiète sur les places de stationnement, marquage conduisant droit à une collision avec une voiture en stationnement autorisé… L’on n’ose imaginer ce qui se passerait en cas de rupture d’un câble de frein !


  Chapard 6Le pire, comble de l'absurdité, est que cette « piste   cyclable », en plus de sa dangerosité, n’est d’aucune utilité puisqu’elle ne permet pas aux cyclistes de descendre jusqu’à la place, obligeant les kamikazes qui seraient tentés par cette descente de la mort à remonter en boucle jusqu’à la rue Paul Doumer d’où ils étaient partis ! Jusqu’où nous conduira le dogmatisme des ayatollahs qui nous gouvernent ?


En fin de représentation du show raté de mid-term et pour justifier l’interdiction doctrinaire de tourner à droite, notre maire s’affirmait solennellement responsable de la sécurité dans notre village. Nous saurons le lui rappeler à l’occasion du premier accident cycliste grave de la rue Chapard, souhaitons qu’il ne soit pas mortel. Rendez-vous donc à l’hôpital, sinon au cimetière.

 

 

 

ambulance


 


Repost 0
3 avril 2011 7 03 /04 /avril /2011 17:47

 Menard

 

Rien n’avait été négligé, il ne manquait pas un bouton de guêtre pour ce show de mi-mandat dédié à la gloire de Pierre Menard, trônant et pérorant à la tribune, et de ses acolytes qui allaient se succéder au micro pour faire mousser cette grand-messe d’autosatisfaction municipale.

 


BadouTout avait été prévu, depuis les paparazzi d  u département municipal de la propagande jusqu’à la mise en scène programmée « au petit poil ». Pensez donc ! Solferino avait même délégué l’un de ses vieux caciques en la personne de Bernard « Badou » Jacquand qui exerça jadis ses talents d’acteur au sein de la même troupe que mon maître, les « maudits gones » ; c’était bien avant le 10 mai 1981 et notre coach était déjà encarté au parti de la rose au poing. Jeudi dernier, Badou s’étaPaparazziit vu c onfier le rôle de cire-pompes du maire et de censeur "au nom de la démocratie" (sic !!) de toute tentative d’intervention de l’assistance assimilable à la moindre opposition au pouvoir en place. Il faut bien admettre que ce talentueux comédien excella dans l’exercice, forçant en particulier les commerçants de Chaponost à quitter la salle faute d’avoir pu être écoutés.

AFFICHE-COM

 

 

Une affichette fleurissait en effet depuis peu sur les vitrines chaponoises qui manifestait la colère de nos marchands à l’encontre des regrettables initiatives de nos élus (centre culturel et autres géronneries de voirie) qui ont toutes pour effet de leur compliquer la vie et de menacer la survie de leur affaire. Le problème avec les commerçants, osa affirmer MJVC, c’est qu’ils relèvent de la sphère privée. Diable ! Devons-nous en déduire que pour une élue socialiste, fut-elle adjointe chargée de la vie économique et de l’emploi, le secteur privé ne mérite pas considération ? "R.A.B." comme on dit en langage militaire !

 

 

Las! L’objectif poursuivi par la mairie dans cette représentation n’a pas été atteint. S’il ne s’est pas soldé par un fiasco complet et retentissant pour nos élus, force est de constater que la salle des fêtes n’a résonné D.Combetd’applaudissements nourris qu’à deux reprises lorsque le représentant d’une association municipale d’opposition interpella Pierre Menard sur sa pratique toute personnelle de la démocratie participative et lorsque les commerçants tentèrent d’exprimer leur désarroi devant l’attitude méprisante manifestée par le maire et son adjointe concernée.

 

 

Mon maître rapporta toutefois de cette réunion matière à rédaction de plusieurs billets qui nourriront ces pages dans les prochaines semaines. Plusieurs sujets ont en effet été abordés qui méritent que l’on disserte : la démocratie participative, la communication municipale, le centre culturel, le développement durable, les finances municipales et, last but not least, les allusions à peine voilées de notre maire dans sa conclusion à l’évolution de l’intercommunalité « en tenant compte de notre puissant voisin, le Grand Lyon ».

 

 


Repost 0
Published by Scapin - dans Politique locale
commenter cet article
30 décembre 2010 4 30 /12 /décembre /2010 17:42

 

 

 

Voltaire.jpg

 

 

 Mon cher ami,

 

Eh quoi ! Que vous arrive-t-il ? Il aura donc fallu que j’apprenne l’existence de l’épée de Damoclès suspendue au dessus des têtes chaponoises  par une gazette qui, pour être empreinte d’une rhétorique semblable à celle qui vous inspire habituellement, n’en diffère pas moins, en particulier par le sérieux de sa prose qui s’oppose à l’amusante légèreté de vos fourbes billets !

 

Vous avez beau affirmer à raison qu’en habile gazetier vous aviez dès l’été dernier, et à la mode transalpine, attiré l’attention de vos lecteurs sur le scandale qui se trame au centre de notre village, je n’avais point réalisé qu’un pareil péril nous menaçât à ce point.

 

Ainsi, à l’instar de notre bon Roy François qui, au faîte de sa gloire, n’hésita pas à défigurer la place de la Bastille en y édifiant face à l’aérien génie de la liberté un temple massif, sombre et imposant dédié aux manifestations de l’art lyrique, notre petit Prince de l’ouest lyonnais, non content d’avoir depuis déjà trois années pillé les hauts-de-chausses de nos concitoyens pour rémunérer des officines d’études diverses ou amies, s’apprête à renouveler ses larcins pour subvenir aux dépens du Grand-Œuvre de son règne. Un temple également, dédié à la jeunesse et à la culture me dites-vous, érigé au beau milieu de la place de l’église qui plus est ! Voilà qui risque fort de modifier profondément nos habitudes de vie et la tranquillité de notre cité. 

 

Nous voyons bien là la volonté de nos échevins de bouleverser les fondements de notre communauté en révolutionnant la quiétude de nos villageois. Fini le calme de notre cœur-village,  terminé le silence vespéral de la place ! Place aux concerts des apprentis musiciens, aux éclats de voix et à l’agitation naturelle des jeunes citoyens, place aussi au bruit et à la gène occasionnés par les charrois assurant les approvisionnements du Palais-Menard, autant qu’aux désordres provoqués par le parcage anarchique des coches, fiacres et phaétons des spectateurs de la salle de comédie insuffisamment servis en emplacements réservés.

 

Encore n’est-ce là que la plus visible et audible partie des funestes effets de ce projet démesuré. Il faudra en effet bien plus qu’une taille ou qu’une gabelle pour assurer le bon paiement des compagnons qui bâtiront l’édifice. Le prix de cinq millions d'unités de compte annoncé par notre magistrat relève à l’évidence de la bouffonnerie pour peu qu’on le rapporte à la surface envisagée ! L’ampleur du bâtiment n’a pas été réduite depuis le premier projet chiffré alors à neuf millions, croirez-vous ces balivernes ? Et l’on sait bien que ce genre de programme de dépense publique connaît traditionnellement surcoûts, glissements et dépassements qui conduisent le plus souvent à en augmenter le prix à tout le moins de moitié.

 

Que notre intendant des finances recoure à l’emprunt auprès des banquiers lombards, compromettant ainsi gravement l’avenir de nos enfants et petits enfants, ou qu’il nous mette directement à contribution, l’opération se traduira immanquablement par un alourdissement du fardeau financier qui pèse sur nos épaules depuis l’accession du prince aux ors de l’hôtel de ville.

 

Au surplus, vous soulignez à raison que d’autres lourdes dépenses sont engagées qui amplifieront encore ce phénomène ; ainsi en est-il du bassin des jeux aquatiques que vous qualifiâtes jadis de pataugeoire au coût disproportionné et d’autres projets encore.

 

Je me réjouis, mon cher ami, de vous rejoindre dans quelques jours pour ouïr avec vous les souhaits du prince lors de la traditionnelle cérémonie des vœux de nouvel an. Gageons qu’il ne manquera pas de justifier ses positions, au besoin avec la mauvaise foi dont il sait faire preuve dans la présentation chiffrée de ses folles utopies de bâtisseur.

 

D’ici là, mon cher Scapin, je demeure

 

Votre

 

François Marie

 

 

 

 

 

Repost 0
17 novembre 2010 3 17 /11 /novembre /2010 18:03

 

Confusion by thiagolooneyScapin se doit de présenter des excuses à ses lecteurs, et surtout aux élus d'opposition municipale, pour une fausse information publiée le 12 novembre dernier, et ce d'autant que cette méprise était à l'origine d'un coup de gueule fort désagréable pour les personnages ciblés.

 

Comme l'a si bien souligné Désintox dans un acerbe commentaire, messieurs Gouttebarge, Loynet et kaufman étaient bien présents à la cérémonie du 11 novembre au monument au mort. Ils ne méritaient par conséquent en aucune façon les fourberies que nous leur avons réservées dans ces colonnes.

 

Qu'ils veuillent bien accepter ici les marques de notre confusion et ne pas tenir rigueur à notre rédaction de cette regrettable bévue.

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Scapin
commenter cet article
12 novembre 2010 5 12 /11 /novembre /2010 13:42

Monument aux morts 2-copie-1

 

Quarante ans après la disparition du général, nous n’hésitons pas à emprunter à ce grand homme le titre de l’un de ses articles demeuré célèbre pour qualifier l’attitude de nos élus lors de la cérémonie d’hier au monument aux morts. Sans doute pour une des dernières fois à cet endroit précis puisqu’il est envisagé de déplacer ce site de mémoire pour satisfaire la politique de grands travaux que Pierre Menard et sa bande entendent mener prochainement.

 

La honte d’abord pour nos élus d’opposition qui, surfant sur les regrettables errements antérieurs que nous avons tantôt condamnés dans notre coup de gueule de l’an dernier, brillèrent une fois de plus par leur absence en ce 11 novembre 2010. Une nouvelle et grave faute politique qu’il convient de dénoncer avec force tant elle est irrespectueuse au moment même où des soldats français s’envolent pour la kapisa relever leurs frères d’armes pour six mois.

 

discours maireL’opprobre ensuite pour notre maire et son discours qui, pour être bref n’en fut pas moins avilissant. Passe encore qu’il ait entamé son laïus par une citation de Louis Aragon, éminent membre du parti communiste et suppôt assumé de la terreur stalinienne et de son univers concentrationnaire, nous savions depuis longtemps déjà que ses tendances naturelles le portent vers la gauche de la gauche ! Nous ne pouvions pas en revanche ne pas réagir au camouflet infligé à nos concitoyens nombreux dans l’assistance, et pour tout dire à la France, lorsque Menard eut l’impudence de dresser un parallèle assimilatoire entre l’idée de nation et l’idée d’exclusion, spectre naturel  et traditionnel des bonnes âmes de la gauche. Vous avez à cet instant, monsieur le maire, commis vous aussi une faute politique impardonnable, les héritiers de ceux de Valmy, ceux de Verdun, de Koufra ou d’Alasay, des goumiers marocains ou des tirailleurs sénégalais vous en tiendront longtemps rigueur ! On n’insulte pas impunément la nation française, creuset d’une identité que nous portons  haut et fiers.

 

Dans la même veine, vous avez eu grand tort, en cette journée de souvenir et d’hommage à ceux qui se sont sacrifiés pour nous, de faire lire par un ancien combattant un texte indigne empreint de l’idéologie pacifiste voire de l’esprit de désertion qui vous habitent. En 1917, on fusillait pour bien moins que cela !

 


 

assistance

Repost 0
Published by Scapin - dans Politique locale
commenter cet article
7 novembre 2010 7 07 /11 /novembre /2010 18:30

  sucette géante 2

 

 

sucette géanteEh bien, non ! Ceci n’est pas une sucette géante, n’en déplaise aux fans de Franquin et des facéties de Gaston Lagaffe et de son ami Jules-de-chez-Smith-en-face vis-à-vis du gardien Longtarin, éternelle victime expiatoire de leur indiscipline de stationnement.

 

 

Il s’agit bien de la dernière plaisanterie de nos élus qui rêvent d’établir un véritable plan de circulation, comme dans les grandes villes. Désormais, il sera interdit aux automobilistes venant du sud de notre village de tourner à droite sur la place Joffre pour emprunter la rue Chapard, ils devront pour suivre le chemin le plus court vers le centre du Chapard 1village suivre le chemin le plus long : à gauche au lavoir rue Joseph Jomand, puis à droite dans l’étroite rue Jules Chausse (Attention aux cyclistes en sens inverse) !

 

Saluons ici la performance intellectuelle des Chapard 2concepteurs de cette idiotie qui ne manquera pas d’aggraver un phénomène d’entonnoir que nous dénoncions déjà il y a peu. A chaque fois qu’est commise une géronnerie de cet acabit, nous nous devons de la dénoncer, au risque de voir notre fort susceptible adjoint à la voirie brandir la menace d’une action en diffamation à laquelle on ne pourra opposer que l’exception de vérité.

 

Après tout, peut être faut-il chercher la raison profonde de cette mesure absurde dans une dépendance freudienne de nos élus à l’orientation politique qui est la leur et qui peut se traduire par un mot d’ordre dogmatique :

 

 

INTERDICTION DE TOURNER A DROITE !

 

 

Droite interdit

longtarin

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Repost 0
6 octobre 2010 3 06 /10 /octobre /2010 20:49

 

rhum78

 

 

« Seule la victoire est jolie » déclarait en 1978 le regretté Michel Malinovsky , coiffé de quelques secondes par Mike Birch sur la ligne d’arrivée de la première  édition de la route du Rhum.

 

Au palmarès des impôts locaux, nous croyions avoir un champion du monde en la personne de Pierre Menard. Las ! Nos confrères de Ligne Droite nous apprennent aujourd’hui, se fondant sur un classement officiel publié par le Progrès, que, comme « Malino »,  Pierrot rate d’un cheveu la première marche du podium ! Non seulement il pille les économies des contribuables chaponois, mais en plus, il n’est même pas capable d’en tirer des lauriers !

 

Et si ce n’était que cela ! Nous apprenons parallèlement que l’un de ses congénères socialistes, le maire d’Autun, pulvérise les performances de notre supposé champion ! 3 480 % d’augmentation ! Rendez-vous compte ! Nous ignorions que PM jouait « petit bras » ! A moins qu’il ne se réserve une confortable marge de ponction dans nos poches pour se payer ses danseuses, son extra-super-dingue centre culturel, la pataugeoire à quinze patates et, c’est nouveau, cela vient de sortir, « l’espace muséographique didactique » consacré aux technologies de l’eau aux abords de l’aqueduc du plat de l’air !

 

Avec de tels prédateurs pour la course au podium, l’avenir fiscal de nos concitoyens est décidément bien sombre.

 

 


Repost 0

Présentation

  • : Le blog de Scapin
  • Le blog de Scapin
  • : Chronique villageoise de Chaponost
  • Contact

A vos claviers

Recherche

net e-tiquette


En raison des

responsabilités encourues
par le webmaster,
tout commentaire comportant
un lien hypertexte vers un
site extérieur à ce blog
sera retiré de la publication