Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 février 2012 1 20 /02 /février /2012 11:29

 

                                Histoire d'en rire

 

Les traces des engins ne sont pas encore effacées qui témoignent du viol de la mémoire de nos morts par des profanateurs de sépultures que l’ironie de la Dircom de la mairie affiche une nouvelle fois avec quelle légèreté elle traite de sujets graves, le respect des cimetières en est un.


Entendons-nous bien, les recherches archéologiques préliminaires sont indispensables lorsqu’un chantier important se prépare, en particulier lorsque cette opération doit être menée en un lieu que l’on sait riche en vestiges gallo-romains ou médiévaux. Dans notre cas, tout un chacun connaissait l’existence d’un ancien cimetière et des ruines du château sous la place de l’église. Il eût par conséquent été pour le moins habile de la part de nos élus  de recommander aux entreprises commises de veiller à ne pas exposer ostensiblement les restes humains qui ne manqueraient pas d’être mis à jour lors des fouilles.


De telles précautions auraient évité de choquer la sensibilité de nombre de nos concitoyens dont Gilbert Pradel se fait le porte-parole en criant son émotion dans une tribune libre publiée par nos confrères de Ligne d’Avenir.


Au surplus on aurait pu être mieux inspiré et faire l’économie de cette affiche racoleuse - « histoires d’en rire » - qui, les excavations à peine comblées, nous paraît à tout le moins déplacée en ces circonstances.

 

                                 Progrès 2012.02.10


Partager cet article

Repost 0
Published by Scapin - dans Politique locale
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Scapin
  • Le blog de Scapin
  • : Chronique villageoise de Chaponost
  • Contact

A vos claviers

Recherche

net e-tiquette


En raison des

responsabilités encourues
par le webmaster,
tout commentaire comportant
un lien hypertexte vers un
site extérieur à ce blog
sera retiré de la publication