Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 décembre 2010 4 30 /12 /décembre /2010 17:42

 

 

 

Voltaire.jpg

 

 

 Mon cher ami,

 

Eh quoi ! Que vous arrive-t-il ? Il aura donc fallu que j’apprenne l’existence de l’épée de Damoclès suspendue au dessus des têtes chaponoises  par une gazette qui, pour être empreinte d’une rhétorique semblable à celle qui vous inspire habituellement, n’en diffère pas moins, en particulier par le sérieux de sa prose qui s’oppose à l’amusante légèreté de vos fourbes billets !

 

Vous avez beau affirmer à raison qu’en habile gazetier vous aviez dès l’été dernier, et à la mode transalpine, attiré l’attention de vos lecteurs sur le scandale qui se trame au centre de notre village, je n’avais point réalisé qu’un pareil péril nous menaçât à ce point.

 

Ainsi, à l’instar de notre bon Roy François qui, au faîte de sa gloire, n’hésita pas à défigurer la place de la Bastille en y édifiant face à l’aérien génie de la liberté un temple massif, sombre et imposant dédié aux manifestations de l’art lyrique, notre petit Prince de l’ouest lyonnais, non content d’avoir depuis déjà trois années pillé les hauts-de-chausses de nos concitoyens pour rémunérer des officines d’études diverses ou amies, s’apprête à renouveler ses larcins pour subvenir aux dépens du Grand-Œuvre de son règne. Un temple également, dédié à la jeunesse et à la culture me dites-vous, érigé au beau milieu de la place de l’église qui plus est ! Voilà qui risque fort de modifier profondément nos habitudes de vie et la tranquillité de notre cité. 

 

Nous voyons bien là la volonté de nos échevins de bouleverser les fondements de notre communauté en révolutionnant la quiétude de nos villageois. Fini le calme de notre cœur-village,  terminé le silence vespéral de la place ! Place aux concerts des apprentis musiciens, aux éclats de voix et à l’agitation naturelle des jeunes citoyens, place aussi au bruit et à la gène occasionnés par les charrois assurant les approvisionnements du Palais-Menard, autant qu’aux désordres provoqués par le parcage anarchique des coches, fiacres et phaétons des spectateurs de la salle de comédie insuffisamment servis en emplacements réservés.

 

Encore n’est-ce là que la plus visible et audible partie des funestes effets de ce projet démesuré. Il faudra en effet bien plus qu’une taille ou qu’une gabelle pour assurer le bon paiement des compagnons qui bâtiront l’édifice. Le prix de cinq millions d'unités de compte annoncé par notre magistrat relève à l’évidence de la bouffonnerie pour peu qu’on le rapporte à la surface envisagée ! L’ampleur du bâtiment n’a pas été réduite depuis le premier projet chiffré alors à neuf millions, croirez-vous ces balivernes ? Et l’on sait bien que ce genre de programme de dépense publique connaît traditionnellement surcoûts, glissements et dépassements qui conduisent le plus souvent à en augmenter le prix à tout le moins de moitié.

 

Que notre intendant des finances recoure à l’emprunt auprès des banquiers lombards, compromettant ainsi gravement l’avenir de nos enfants et petits enfants, ou qu’il nous mette directement à contribution, l’opération se traduira immanquablement par un alourdissement du fardeau financier qui pèse sur nos épaules depuis l’accession du prince aux ors de l’hôtel de ville.

 

Au surplus, vous soulignez à raison que d’autres lourdes dépenses sont engagées qui amplifieront encore ce phénomène ; ainsi en est-il du bassin des jeux aquatiques que vous qualifiâtes jadis de pataugeoire au coût disproportionné et d’autres projets encore.

 

Je me réjouis, mon cher ami, de vous rejoindre dans quelques jours pour ouïr avec vous les souhaits du prince lors de la traditionnelle cérémonie des vœux de nouvel an. Gageons qu’il ne manquera pas de justifier ses positions, au besoin avec la mauvaise foi dont il sait faire preuve dans la présentation chiffrée de ses folles utopies de bâtisseur.

 

D’ici là, mon cher Scapin, je demeure

 

Votre

 

François Marie

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

epsilon 07/01/2011 18:01



Cher Scapin ,


Venez ça que je vous tance ...cachotier que vous êtes


Vous auriez pu, donc vous auriez dû mentionner que cet équipement emblématique d'un "gouvernement de gauche" aurait très certainement une destination bien personnelle (j'allai dire
égotique ): les répétitions et les représentations théatrales de notre édile !  Vous savez bien qu'icelui s'entraîne en secret pour nous régaler un jour de ses représentations
!!!   tel Louis XIV avec ses pas de danse qui éblouissait tant la cour (Roi soleil oblige)...Curieux modèle pour un "élu de gauche "!!!!


                                                                                                                                                                                                                                                                                                       


 


 



Présentation

  • : Le blog de Scapin
  • Le blog de Scapin
  • : Chronique villageoise de Chaponost
  • Contact

A vos claviers

Recherche

net e-tiquette


En raison des

responsabilités encourues
par le webmaster,
tout commentaire comportant
un lien hypertexte vers un
site extérieur à ce blog
sera retiré de la publication