Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 octobre 2009 1 05 /10 /octobre /2009 17:29

 


Les créateurs de la mode automne-hiver ont remis au gout du jour, dans leurs collections 2009/2010, le port par nos belles d’accessoires en peau de léopard.

 

Est-ce la raison pour laquelle Pierre Ménard décida hier de revêtir un caleçon de même facture et, tel Tarzan l’homme singe, d’importer dans notre village les habitants de la « jungle » de Calais ?

 

 Toujours est-il qu’il s’apprête à accueillir cinq des dix migrants afghans placés en rétention à Lyon à la suite de l’opération nordiste et à les loger dans une maison de la rue Devienne appartenant à la mairie, donc aux frais du contribuable chaponois qui n’a pas encore digéré le coup de bâton administré par sa bande à l’occasion de l’envoi des avertissements d’impôts locaux. L’avis des voisins de cette maison a-t-il été sollicité ? Ont-ils seulement été informés ?

 

Les bons sentiments personnels de notre maire sont par définition respectables mais il ne nous paraît pas que les 56,65 % des électeurs chaponois qui ont porté Pierre Ménard à la mairie aient exprimé par là une intention de faire de notre village un nouveau Sangatte.

 

A quand des camps de réfugiés sous l’aqueduc du Plat de l’air ?

 

 


Partager cet article

Repost 0
Published by Scapin - dans Société
commenter cet article

commentaires

peu importe 29/10/2009 12:40


Il est d'ailleurs de notoriété publique que l'horaire privilégiée des cambrioleurs pour s'adonner à leur occupation favorite est le créneau 17h30/19h30 où ils ne peuvent etre dérangé.


Devienne 28/10/2009 22:24



Au côté des initiatives humanitaires, nous pouvons saluer ici une autre initiative de nos élus. A l’occasion du passage à l’heure d’hiver, ils
ont signé un partenariat avec l’association nationale d’astronomie pour qu’un maximum de chaponois s’initie aux joies de l’observation des étoiles. A cet effet la municipalité a décidé de ne plus
éclairer certaines rues : Martel de 17h30 à 19h30, Mésanges idem, rue Celle et Vieille Route toute la nuit etc…


Il se dit que cette bonne idée est également plébiscitée par les cambrioleurs qui joignant l’utile à l’agréable, apprécient ce charme nocturne
offert par nos élus tout en vaquant à leurs emplettes vespérales.



bertin G 28/10/2009 22:03


On peut ne pas apprécier ce qui se fait à Chaponost, mais rester zen.
Ces Afghans, comme en d'autres temps espagnols, italiens, .... sont venus en France sans pouvoir se défendre seuls, tout comme certains allemands dans les années 30 ou bien des italiens de nouveau,
face aux brigades rouges italiennes.

Qui les  a envoyés à Lyon, qui leur a donné des papiers d'attente, qui les a mis dehors, qui leur interdit de travailler tout en leur donnant de l'argent, qui , qui, ? Qu'ils aient un temps de
tranquilité à Chaponost, comme d'autres l'ont dans d'autres communes, quel est le drame?
On me dit que lors du conseil municipal, l'opposition a affiché une attitude très responsable dans cette affaire, et nous devons pas courrir derrière chaque chose pour la dénoncer. Surtout en cas
d'initiative humanitaire.


DEVIENNE 28/10/2009 21:16



Un rajout à tous ce qui s’est dit : les cinq afghans sont logés au 73 avenue Doumer, une maison acquise récemment par l’actuelle
municipalité.



DEVIENNE 28/10/2009 21:09



Chapeau !  5 afghans accueillis par nos élus dans le logement social le plus cher de France
(plusieurs centaines de milliers d’euros) aux frais du contribuable chaponois, car cette maison a été achetée avec les impôts des chaponois. Dans le même temps certains habitants de Chaponost en
sont réduits à dormir dans une tente plantée dans un champ faute de logements. Allez les voir au Charmassin, sur le terrain jouxtant les Tilleuls…


Entre des élus pétris d’idéologie dont l’amateurisme est à pleurer et une mairie désorganisée par les départs de ses meilleurs éléments :
services techniques, comptabilité, communication  etc... Mais surtout  le départ de l’ancienne directrice
générale des services dont l’absence jette un contraste cruel sur la situation présente, nous ne pouvons que nous inquiéter de l’infernale dégradation qui s’opère dans la qualité de vie de la
commune.



georges b 23/10/2009 16:47


Mais en revanche il prend bien soin
De ne pas faire ses besoins
Ailleurs que sur mon paillasson,
Comme on lui en fit la leçon,
Et puis ils vont criant partout
Si je jett' la pierre au matou :
"Il met ça sur le dos du chat,
Mais c'est lui qui se soulagea !"


Alphée 23/10/2009 11:47



CECEYSSONCACESSUR............................
Fin de l'histoire.



georges b. 22/10/2009 15:41


Je ne fait pourtant de tort à personne,
En laissant courir les voleurs de pommes.
Mais les braves gens n'aiment pas que
L'on suive une autre route qu'eux,
Non les braves gens n'aiment pas que
L'on suive une autre route qu'eux,
Tout le monde se rue sur moi,
Sauf les culs-de-jatte, ça va de soi.


Alphée 22/10/2009 10:31



Le mélange des genres est bien dans la manière des gens qui veulent faire la leçon. Savoir ouvrir son cœur aux autres n’est pas
forcément les conforter dans leurs erreurs ou errements.


Pensez vous que je puisse me satisfaire du retour de ces malheureux dans un pays en pleine déliquescence ? Sûrement
pas.Pensez vous vraiment que nous devions ouvrir nos portes à tous vents et enrichir les ignobles salauds qui se
servent de cette misère humaine pour s’enrichir, et que vous encouragez indirectement ?


Pensez vous que l’on est plus heureux loin de chez soi, loin de sa famille et de son environnement familier, aussi terrible
soit-il ? Est-on plus heureux dans la rue en France ou en Angleterre, faméliques et crasseux, et surtout complètement détruit par la perte de l’Eldorado que l’on croyait trouver ? A
contrario, accepteriez-vous d’être pris en charge par les services sociaux, avec toutes les humiliations involontaires que cela induit ? Ad vitam eternam ? Comme vous vous apprêtez à le
faire à Chaponost ? Après un temps de repos, dont ils ont besoin, il fuieront à nouveau, pour retrouver leur dignité. C'est ce que je leur souhaite de tout coeur.


Tant qu’ils ne trouveront pas en eux la force de résister à ces fous qui utilisent un Dieu de Paix pour faire la guerre, nous ne
pourrons pas grand’chose pour eux. Sinon leur donner des trésors en patience et paroles d’apaisement, complètement inutiles depuis des siècles. Et ceci est valable pour d’autres que les
afghans.


 


Quant à Georges Brassens, dont les œuvres font parties de mes livres de chevets et dont je connais les chansons par coeur, vous pouvez
lui faire dire n’importe quoi. Il n’est plus là pour se défendre.


Vos propos auraient plus de force s’ils étaient vôtres. Essayez de trouver vos arguments vous-même. Vous verrez comme il est difficile
de trouver le mot juste, surtout quand on parle d’humanité.



georges b. 22/10/2009 06:51



Elle est à toi cette chanson
Toi l'auvergnat qui sans façons
M'as donne quatre bouts de bois
Quand dans ma vie il faisait froid

Toi qui m'as donne du feu quand
Les croquantes et les croquants
Tous les gens bien intentionnés
M'avaient fermé la porte au nez

Ce n'était rien qu'un feu de bois
Mais il m'avait chauffe le corps
Et dans mon âme il brûle encore
A la manière d'un feu de joie

Toi l'auvergnat quand tu mourras
Quand le croque-mort t'emporteras
Qu'il te conduise à travers ciel
Au père éternel

Elle est à toi cette chanson
Toi l'hôtesse qui sans façons
M'as donne quatre bouts de pain
Quand dans ma vie il faisait faim

Toi qui m'ouvris ta huche quand
Les croquantes et les croquants
Tous les gens bien intentionnés
S'amusaient au me voir jeuner

Ce n'était rien qu'un peu de pain
Mais il m'avait chauffé le corps
Et dans mon âme il brûle encore
A la manière d'un grand festin

Toi l'hôtesse quand tu mourras
Quand le croque-mort t'emporteras
Qu'il te conduise à travers ciel
Au père éternel

Elle est à toi cette chanson
Toi l'étranger qui sans façons
D'un air malheureux m'as souri
Lorsque les gendarmes m'ont pris

Toi qui n'as pas applaudi quand
Les croquantes et les croquants
Tous les gens bien intentionnés
Riaient de me voir emmener

Ce n'était rien qu'un peu de miel
Mais il m'avait chauffé le coeur
Et dans mon âme il brûle encore
A la manière d'un grand soleil

Toi l'étranger quand tu mourras
Quand le croque-mort t'emporteras
Qu'il te conduise à travers ciel
Au père éternel






Présentation

  • : Le blog de Scapin
  • Le blog de Scapin
  • : Chronique villageoise de Chaponost
  • Contact

A vos claviers

Recherche

net e-tiquette


En raison des

responsabilités encourues
par le webmaster,
tout commentaire comportant
un lien hypertexte vers un
site extérieur à ce blog
sera retiré de la publication