Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 janvier 2009 6 31 /01 /janvier /2009 15:56









On peut comprendre que, faute de pouvoir l'étendre, la municipalité cherche à améliorer la qualité du service de transports en commun notoirement insuffisant à Chaponost. On peut aussi comprendre que nos élus entament un combat revanchard contre la société Veolia et le Conseil Général qui les contraignirent il y a peu à admettre leur incapacité à tenir leurs promesses électorales. On peut néanmoins plus difficilement admettre la méthode employée pour terrasser le géant des services publics concédés et l'assemblée départementale.


On s'étonnera en effet de lire, en page 9 du troisième numéro de Chap'Info (janvier 2009), sous le haut parrainage de la mairie donc, un appel caractérisé à  la délation lancé au nom d'un mystérieux et anonyme « collectif 103 »


La méthode n'est pas sans rappeler les heures les plus sombres de notre histoire, lorsque, mobilisés par une presse partisane, les délateurs dénonçaient les « terroristes » à l'occupant, suivis quelques années plus tard, après retournements de force et de vestes, de nouveaux délateurs qui dénonçaient les délateurs précédents. Nous n'en sommes certes pas encore à tondre les chauffeurs du 103 en place publique mais gardons-nous des dérives possibles de tels agissements.


On objectera sans doute non sans une certaine candeur qu'il s'agit là de délation civique ; il y aurait donc une délation basse et une autre qui serait justifiée ? La seconde ne serait-elle pas, en somme, qu'une forme sous-jacente de la démocratie participative si ardemment  promue par nos gouvernants locaux ? Qui pourrait se targuer alors de définir la limite à ne pas franchir entre l'une et l'autre ? Pierre Ménard, peut être ? Attention ! Mao Zedong ne faisait pas autre chose lorsqu'en 1968 il invitait ses gardes rouges à dénoncer leurs parents suspects de révisionnisme, déclenchant ainsi la révolution culturelle de sinistre mémoire et son cortège de déportations, de « rééducations » et d'exécutions sommaires.


Le collectif 103 justifie son appel par le constat « d'une nouvelle dégradation du service rendu par le car 103 », c'est donc que la dégradation est déjà constatée et consommée. Pourquoi ne pas entamer d'ores et déjà des négociations bugne-à-bugne avec Véolia sans chercher  à impliquer les citoyens dans la complicité d'une manœuvre pour le moins peu orthodoxe au plan moral ?





Partager cet article

Repost 0
Published by Scapin - dans Politique locale
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Scapin
  • Le blog de Scapin
  • : Chronique villageoise de Chaponost
  • Contact

A vos claviers

Recherche

net e-tiquette


En raison des

responsabilités encourues
par le webmaster,
tout commentaire comportant
un lien hypertexte vers un
site extérieur à ce blog
sera retiré de la publication