Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 novembre 2008 3 12 /11 /novembre /2008 17:32


La loi SRU du 13 décembre 2000 impose, mesures financières coercitives à l’appui depuis le 1er janvier 2002, à toute commune de plus de 3 500 habitants située dans une agglomération de plus de 50 000 habitants un objectif de constituer un parc de logement social représentant 20% des résidences principales qui la composent. Chacun est libre de son opinion à ce sujet mais nul n’est censé ignorer la loi.

 

Force est de constater qu’à ce jour, notre commune ne respecte pas ce quota. Pour regrettable que soit peut être cette situation, rien n’oblige notre équipe dirigeante, et surtout pas la loi, à la redresser à marche forcée comme elle semble vouloir le faire ; Au risque de produire l’effet inverse de celui recherché et de créer ici ou là des ghettos incompatibles avec toute bonne intégration sociologique.

 

Lors de la réunion publique de jeudi dernier, Michel Fleys illustra bien cette évidence qui nous expliqua que l’arithmétique de la loi autorise la commune à déduire de la sanction financière encourue les dépenses réalisées dans les logements sociaux existant, ce qui jusqu’à ce jour a considérablement réduit le coût supporté par nos finances municipales à un niveau annuel de l’ordre de 5 000 €uros.

 

Si l’affirmation de cette importance relative n’est pas une raison pour ne rien faire, elle n’est pas non plus une raison pour précipiter les choses.

 

Dès lors, et considérant que vingt quatre logements sociaux dont la construction a été lancée sous la précédente mandature vont prochainement être livrés dans le périmètre des Violières, on comprend mal, à l’idéologie près, la raison qui pousse la municipalité actuelle à fixer un quota très sensiblement supérieur à 20% (de 25 à 27%) aux trois versions du scenario de reconstruction du site Berthelot. Le surcoût ainsi imposé à l’opérateur, que celui-ci ne manquera pas de répercuter sur le prix des logements « libres », risque de rompre l’équilibre financier de l’opération jusqu’à en ruiner la faisabilité économique, et ce d’autant plus sûrement dans un contexte de crise durable comme celle que nous traversons.

 

Il existe à Chaponost d’autres projets, à la Chavanerie et dans le carré Chappard notamment, qui permettront, si nous laissons du temps au temps comme aurait dit Tonton, de replacer notre village en conformité avec la loi tout en privilégiant l’intégration sociale sur la ghettoïsation.




Partager cet article

Repost 0

commentaires

Gilles Bertin 15/11/2008 16:21

oui, à ceci près que cette fois, le préfet nous a mis en CARENCE, nous rappelant, c'est lui qui l'écrit, notre engagement de 2005 de 50 ouvertures de logements n'a pas été respecté puisqu'il n'y a eu, c'est lui qui l'écrit encore, que 0 ouverture.Donc, passage de 60 à 120 k€ automatique et convocation pour l'annonce d'un passage à 240 k€. Négo et retour à 120k€.Alors, on peut reprendre la théorie de M Fleys et dire, implicitement, "débrouillez-vous pour donner quelques impressions d'avancer, et payons une pénalité mini, et hop, on est dispensé de logements sociaux". C'est, au fond, le raisonnement de beaucoup d'entreprises qui préfèrent payer une pénalité et ne pas employer d'handicapés. ( on voudrait bien, mais, bon, on a de la peine à les employer, et pis, des fois çà fait désordre, ect ...)D'ailleurs, on a bien entendu quelqu'un dans la salle, expliquer que les handicapés n'avaient pas besoin d'un accès partout ds cette maison Berthelot.J'avais envie de réagir aux propos incroyables de Madame bully, sur l'arrivée de repris de justice, de psychotiques ( elle pensait aussi pédophiles) ds l'hypothèse de logements conventionnés, d'un besoin pas si clair de logements sociaux. Les 230 logements sociaux actuels sont, chacun le sait, des fourmilières de délinquants. Mais je me dis qu'avec de telles outrances, applaudies fortement, l'équipe de P Menard a du temps devant elle. !

Présentation

  • : Le blog de Scapin
  • Le blog de Scapin
  • : Chronique villageoise de Chaponost
  • Contact

A vos claviers

Recherche

net e-tiquette


En raison des

responsabilités encourues
par le webmaster,
tout commentaire comportant
un lien hypertexte vers un
site extérieur à ce blog
sera retiré de la publication