Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 mars 2008 7 09 /03 /mars /2008 16:22



asinus-asinum.jpg

 

« Asinus asinum fricat » auraient dit nos pères de la Rome antique, « One mule does scrub another » diraient aujourd’hui nos voisins de la perfide Albion à la lecture des éloges adressés vendredi soir au nom du MoDem par François Pillard au candidat socialiste Pierre Ménard

Le verdict du spectrochromatographe électoral chaponois est donc sans appel : la couleur orange vire au rose dès lors que l’on veut bien lui concéder un semblant d’existence sur la palette politique.
 

Les échanges d’éloges mutuels excessifs frisent parfois le ridicule notamment lorsqu’ils tentent de justifier un ralliement politique contre nature. Très attaché à la symbolique de l’œuvre théâtrale de son créateur, Scapin invitera monsieur Pillard et ses compères du MoDem à lire, ou relire, le savoureux dialogue que prêta le grand Molière à Trissotin et Vadius dans Les femmes savantes (acte III, scène 3). Les deux derniers échanges de ce dialogue sont en particulier d’une coïncidente actualité en ce jour de scrutin.



Molière Les femmes savantes - acte III, scène 3 – Trissotin, Vadius.Moli-re.jpg


Trissotin.
 —
 « Vos vers ont des beautés que n'ont point tous les autres.

Vadius. — Les Grâces et Vénus règnent dans tous les vôtres.

Trissotin. — Vous avez le tour libre, et le beau choix des mots.

Vadius. — On voit partout chez vous l'ithos et le pathos.

Trissotin. — Nous avons vu de vous des églogues d'un style
Qui passe en doux attraits Théocrite et Virgile.

Vadius. — Vos odes ont un air noble, galant et doux,
Qui laisse de bien loin votre Horace après vous.

Trissotin. — Est-il rien d'amoureux comme vos chansonnettes ?

Vadius. — Peut-on rien voir d'égal aux sonnets que vous faites ?

Trissotin. — Rien qui soit plus charmant que vos petits rondeaux ?

Vadius. — Rien de si plein d'esprit que tous vos madrigaux ?

Trissotin. — Aux ballades surtout vous êtes admirable.

Vadius. — Et dans vos bouts-rimés je vous trouve admirable.

Trissotin. — Si la France pouvait connaître votre prix...

Vadius. — Si le siècle rendait justice aux beaux esprits...

Trissotin. — En carrosse doré vous iriez par les rues.

Vadius. — On verrait le public vous dresser des statues. »

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Scapin - dans Elections 2008
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Scapin
  • Le blog de Scapin
  • : Chronique villageoise de Chaponost
  • Contact

A vos claviers

Recherche

net e-tiquette


En raison des

responsabilités encourues
par le webmaster,
tout commentaire comportant
un lien hypertexte vers un
site extérieur à ce blog
sera retiré de la publication