Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 juin 2015 2 23 /06 /juin /2015 11:32

 

 

Mon cher ami,

 

Vous me voyez fort mari de ne point avoir reçu depuis longtemps de nouvelle édition de votre gazette qui me ravit le cœur en même temps qu'elle m'instruit sur les événements qui jalonnent l'actualité de notre cher village. Je sais bien que depuis l'accession de votre champion à l'hôtel de ville il vous est plus délicat d'exercer l'art du commentaire acide dans lequel vous excellez tant.

 

Il me semble néanmoins que certains sujets traités dans les hauts ministères et qui auront à n'en pas douter de sérieuses conséquences sur le sort de la jeunesse de nos cités et donc de notre village mériteraient que l'on s'y arrêtât. Il en va ainsi, me semble-t-il, des modifications fondamentales apportées par les tenants de la rose et du poing aux structures comme aux contenus de l'apprentissage de la vie que nous tentons depuis si longtemps d'inculquer à notre postérité.

 

Non contente d'avoir chaussé les basques de son prédécesseur qui avait déjà fomenté une contestable révolution sur la durée et les horaires de classe pratiqués dans les écoles, à charge de surcroît pour les édiles locaux d'en financer les lourdes conséquences sans l'aide du moindre subside en provenance du trésor central de l'hôtel de Bercy, j'apprends que la nouvelle ministre de l'instruction publique se prépare à amplifier le séisme par un nouveau projet de réforme. 

 

Il ne s'agit point là d'une réforme de nature religieuse comme celle prônée en son temps par monsieur Martin Luther et ses disciples genevois ... Encore que ... Non, il s'agit cette fois de figer à son point le plus bas le niveau d'instruction des élèves des lycées et sans doute bientôt des étudiants de nos universités et de combattre ainsi la culture de l'élite qui a mené jadis le royaume aux places les plus brillantes du concert des nations. Derrière son perpétuel sourire et son joli minois, notre Schéhérazade chérifienne dissimule une absolue et ferme volonté de saper les fondements et détruire jusqu'aux derniers vestiges des structures traditionnelles des enseignements du monde occidental. 

 

Dussent Platon, Aristote, Homère ou Xenophon, et plus prés de nous Sénèque, Tacite, Caton, Ovide, Pline l'ancien comme le jeune, Horace ou Ciceron se retourner dans leurs tombes, l'enseignement des lettres anciennes, qu'elles soient grecques ou latines, sera désormais proscrit. Ainsi ne pourrons-nous plus faire usage des termes désormais prohibés d'hellénistes ou de latinistes "distingués", locutions s'il en étaient  qui ne pouvaient qu'heurter le naturel angélisme des égalitaristes de l'hôtel de Solférino en ce qu'elles consacraient une insupportable et fort condamnable discrimination au détriment des cancres incultes et que l'on se devait par conséquent et par principe d'éradiquer.

 

On supprimera ensuite l'apprentissage chronologique de l'histoire du royaume, jetant au passage dans les oubliettes de la saine et unique pensée certains épisodes par trop contradictoires avec l'idéologie de rigueur, en particulier avec le sacro-saint  principe de laïcité. Bien au rebours, on amplifiera l'enseignement de la religion du prophète ; il n'est  en effet aucune raison de ne pas mettre celle-ci sur un pied d'égalité avec la séculaire foi catholique et romaine qui a sacré nos rois, bâti sur notre sol depuis plus de dix siècles nombre de cathédrales et fait de la France la fille aînée de l'Eglise. D'autres vils opposants pourraient même oser évoquer, au risque de se voir vilipendés comme d'odieux réactionnaires, les racines chrétiennes du pays.

 

Que nous réserve-t-on encore dans le cadre de cette œuvre destructrice ? Serions-nous surpris par exemple si les origines mauresques de notre ministre la poussaient à rendre obligatoire l'apprentissage de la langue des sarrazins au prétexte que celle-ci serait de nos jours plus utile en périphérie de nos cités que le latin ou le grec ancien ? 

 

Il est toutefois une incidence de sa conduite que l'étoile montante du cabinet ne semble pas avoir entrevu  : il est fort possible, voire probable, que ses projets précipitent les enfants, du moins ceux dont les parents n'ont pas encore été ruinés par la taille et la gabelle si lourdement prélevées dans leurs cassettes par les intendants des finances, vers les coûteuses écoles privées ou les collèges confessionnels dirigés par les disciples d'Ignace de Loyola, les minimes et autres frères des écoles qui de tous temps ont consacré avec le succès que l'on sait leur mission à l'éclosion et à l'épanouissement des élites intellectuelles. Cela ne risque-t-il pas d'amplifier encore les inégalités si ardemment combattues par les utopistes et de produire le résultat inverse de l'effet recherché ?

 

Vous connaissant bien et depuis si longtemps, je ne doute pas que vous partagerez mon opinion sur le sujet.

 

Je n'en demeure que plus fidèlement

 

Votre

 

François Marie

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

INQUISITOR 30/06/2015 10:46

Pour plaire à Swix il eut fallu être plus direct et la qualifier de "bêtasse de gauche".
Il est urgent de faire ressortir SuperDupont de son placard à balais et qu'il reprenne son combat contre l'Anti-France armé d'une Parisienne, d'un clacos ou d'un litron de rouge ! (J'aurais préféré du blanc mais Swix l'aurait gauchement interprété)
Après chaque jour supplémentaire de ce gouvernement, ce qui n'était qu'un pamphlet caricaturant les "réactionnaires" est pris à contrepied et prend des dimensions prophétique.

Swix 24/06/2015 21:17

Enfin , Scapin se devoile, de bons relents racistes ...Depuis le temps que l'on attendait ca !

Présentation

  • : Le blog de Scapin
  • Le blog de Scapin
  • : Chronique villageoise de Chaponost
  • Contact

A vos claviers

Recherche

net e-tiquette


En raison des

responsabilités encourues
par le webmaster,
tout commentaire comportant
un lien hypertexte vers un
site extérieur à ce blog
sera retiré de la publication