Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 avril 2015 4 16 /04 /avril /2015 07:32

 

On a beau être proviseure, on ne s'improvise pas si facilement commerçant parmi les commerçants, fut-ce comme adjointe au maire. Nous sommes chaque jour confrontés à cette évidente évidence lorsque nous montons la montée Chapard.

 

Nul doute que, ès qualité, Marie José Vuillermet-Cortot a en son temps été amenée à donner son avis avisé sur le projet de rénovation du centre-bourg, à tout le moins concernant la partie des immeubles sociaux destinée à accueillir des activités de boutiques boutiquières. C'est par conséquent  notre marchande en chef qui a validé les surfaces des cellules commerciales dont l'exiguïté, tout professionnel du petit commerce vous le dira, ne permet pas raisonnablement d'y installer la moindre exploitation commerciale : surfaces de vente insuffisantes et absence de profondeur interdisant l'aménagement de réserves.

 

Yaya-fokon, me direz-vous, regrouper deux cellules en une seule et le tour est joué ! Las, cela serait faire preuve de la même incompétence que celle de notre ex-adjointe au commerce commerçant. Cela serait en effet ignorer la réglementation sur l'accès aux boutiques des personnes à mobilité réduite. Autrement dit, il faut que les fauteuils roulants puissent librement fauteuil-rouler, ce que n'autorisent pas les trop fortes différences de niveaux entre chaque cellule. 

 

D'un autre côté, sa mission de bailleur social étant accomplie, le promoteur de cette superbe promotion menardienne n'a assurément rien à cirer de trouver ou non des locataires pour ces boutiques boutiquières, cela n’a pas été intégré dans son calcul de rentabilité.

 

Il s'en suit que nous sommes condamnés pour de nombreuses années encore à faire du shopping devant des devantures en bardage métallique à l'esthétique pour le moins discutable surchargées de panneaux publicitaires agressifs de professionnels de l'intermédiation en immobilier d'entreprise. La population, elle, ne se fiche pas de cette friche commerciale en plein cœur de bourg.

 

Aussi, pour perpétrer le souvenir de cette magistrale bévue imputable à la précédente municipalité, nous proposons, comme il y eut dans un passé récent  et dans le monde industriel une "friche Manufrance" à Saint Étienne, ou une "friche R.V.I." Dans le 8éme arrondissement de Lyon, de baptiser notre friche à nous "friche commerciale M.J.V.C.". 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

epsilon 01/05/2015 08:53

Rappelez-vous que ces urbanistes inconsequents envisageaient 1000m2 de locaux commerciaux dans leur projet Berthelot. Heureusement qu'un Collectif Bellevue ( 500 signatures en une semaine , petition a l'enqueteur, etc) a reussi a stopper cette anerie supplementaire
Ouf les elections sont passées par là (66% avec 73% de participation :-) )

Présentation

  • : Le blog de Scapin
  • Le blog de Scapin
  • : Chronique villageoise de Chaponost
  • Contact

A vos claviers

Recherche

net e-tiquette


En raison des

responsabilités encourues
par le webmaster,
tout commentaire comportant
un lien hypertexte vers un
site extérieur à ce blog
sera retiré de la publication